Au Mexique

19 mars 2018 07:21; Act: 19.03.2018 11:31 Print

Un rassemblement pour... les adeptes du joint

Quelque 250 amateurs de cannabis, venus de plusieurs pays d'Amérique latine et des États-Unis, ont pris part, dimanche, à la première «Coupe Cannabique».

storybild

(photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

Organisé à Guadalajara (ouest), l'événement non autorisé réunissait des associations et des militants venus du Mexique, mais aussi d'Argentine, d'Uruguay, du Chili et des États-Unis. Ils militent pour la culture du cannabis à des fins personnelles. Sur un terrain à l'air libre situé aux abords de Guadalajara, une vingtaine de stands proposaient revues, pétards, pipes de verre et même produits de beauté.

Sur son stand de cosmétiques, Leticia Coria vend ainsi des savons, des pommades et... des lubrifiants sexuels censés «augmenter la puissance de l'orgasme des filles», argumente la vendeuse. En plus, «c'est comestible», ajoute-t-elle. Un peu plus loin, un pâtissier amateur propose des desserts au cannabis. Avec un seul morceau de ce genre de gâteau, «si tu fumes occasionnellement, tu vas vivre un trip qui va durer longtemps», affirme Jorge, qui préfère ne pas donner son nom de famille. Les effets peuvent «durer de 8 à 12 heures», détaille-t-il.

Légaliser face au trafic

Lors de cette «Coupe cannabique», des spécialistes évaluaient par ailleurs la qualité de 15 types de graines et d'une vingtaine d'extraits de cannabis, en étant attentifs à la texture, l'arôme, la saveur, ainsi qu'à l'absence de champignons et de pesticides. L'an dernier, le Mexique a légalisé l'usage médical de la marijuana, mais pas son usage récréatif. En janvier, le ministre mexicain du Tourisme avait toutefois proposé de procéder à une telle légalisation dans les États les plus touristiques du pays, la Basse-Californie du Sud et le Quintana Roo, afin d'enrayer la hausse des violences liées au trafic.

Des cartels de la drogue particulièrement violents se disputent au Mexique la production et le trafic de marijuana et d'autres stupéfiants, afin de desservir le premier marché du monde, les États-Unis.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • fete des drogués le 19.03.2018 13:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ca se passe pas le...1er juin par hasard??

  • Kopf le 19.03.2018 09:59 Report dénoncer ce commentaire

    je ne comprends pas. Ce pays est gangrené par la drogue et ils organisent des trucs de ce genre. On marche sur la tête

  • 123 le 19.03.2018 15:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @une femme: la légalisation rendrait le problème encore plus important, comme toute légalisation de comportements/substances/services désastreux

Les derniers commentaires

  • 123 le 19.03.2018 15:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @une femme: la légalisation rendrait le problème encore plus important, comme toute légalisation de comportements/substances/services désastreux

    • Non non le 19.03.2018 15:35 Report dénoncer ce commentaire

      Euh non, voyez les pays bas... les trafics dû à la drogue ne sont pas plus importants et le nombre de consommateurs est moins élevé que dans les pays ayant une législation répressive en la matière.

  • fete des drogués le 19.03.2018 13:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ca se passe pas le...1er juin par hasard??

  • Kopf le 19.03.2018 09:59 Report dénoncer ce commentaire

    je ne comprends pas. Ce pays est gangrené par la drogue et ils organisent des trucs de ce genre. On marche sur la tête

    • Une femme le 19.03.2018 12:19 Report dénoncer ce commentaire

      Le contrôle et légalisation permettrait la diminution des trafics et une nouvelle rentrée d'argent qui pourrait être réinvestie pour lutter durablement contrôler le trafic de drogues dures, autrement plus dangereuses que le cannabis...

    • Kopf le 19.03.2018 19:09 Report dénoncer ce commentaire

      MDR, oui peu-être dans les films ou dans vos rêves, mais certainement pas dans la réalité. Heureusement ici cela n’arrivera jamais.