Débat aux États-Unis

07 avril 2018 14:05; Act: 07.04.2018 14:03 Print

Un républicain brandit son arme en public

Lors d'une réunion publique, un élu américain a sorti un pistolet chargé pour démontrer la non-dangerosité des armes à feu.

storybild

«Quiconque veut me tirer dessus, a plutôt intérêt à bien savoir tirer sans quoi je riposterai», a déclaré républicain.

Sur ce sujet

Un élu de la Chambre des représentants américaine a sorti vendredi un pistolet chargé lors d'une réunion publique dans un restaurant de Caroline du Sud afin de prouver que les armes à feu ne sont dangereuses, selon lui, que si elles sont entre de mauvaises mains. Le républicain Ralph Norman a alors déclaré: «Je ne vais pas être comme Gabby Giffords», a rapporté le journal local Post and Courrier, dans une référence à une ancienne élue victime d'une fusillade en Arizona qui l'a handicapée.

«Quiconque veut me tirer dessus, a plutôt intérêt à bien savoir tirer sans quoi je riposterai», a également déclaré l'élu semblant suggérer que Mme Giffords -qui a survécu à l'attaque en 2011 et est devenue une fervente militante anti-armes- aurait pu éviter d'être blessée dans la fusillade la ciblant si elle avait été armée.

«En mesure de me défendre»

«Dans l'éventualité où quelqu'un serait entré dans ce restaurant et aurait commencé à tirer, je leur ai expliqué que j'aurais été en mesure de me défendre et de les défendre», a expliqué l'élu de 64 ans dans un communiqué, précisant qu'il avait fait sa démonstration devant un groupe de militants réclamant une législation plus stricte sur les armes à feu aux États-Unis.

«J'ai simplement démontré que les armes à feu en elles-mêmes ne sont pas le problème», a estimé M. Norman, à un moment où nombre de ses concitoyens demandent un changement dans la législation à la suite du massacre ayant coûté la vie à 17 personnes dans un lycée de Floride en février. Le mari de Gaby Giffords, Mark Kelly, un ancien astronaute de la Nasa, a immédiatement réagi aux propos de l'élu. «Le représentant Norman a raison - il n'est pas Gabby Giffords. Et ce dont ce pays a besoin, c'est de plus de leaders comme Gabby Giffords», indique-t-il dans un communiqué.

(L'essentiel/afp)