En Amérique centrale

08 septembre 2021 06:56; Act: 08.09.2021 11:28 Print

Un séisme de magnitude 7,1 frappe le Mexique

L’épicentre du séisme est situé près d’Acapulco, à 400 km au sud de Mexico, où la secousse a été ressentie. Les autorités font état d’un mort jusqu’ici.

storybild

Le gouverneur de l’État de Guerrero, Hector Asutudillo, a fait savoir qu’à ce stade il n’y a ni victimes ni dégâts notables. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Un séisme de magnitude 7,1 sur l’échelle de Richter s’est produit mardi soir, dans le sud-est du Mexique, a indiqué le Centre national de sismologie, les autorités faisant état d’un mort et de quelques dégâts dans un premier temps. Le Centre a révisé à 7,1 la magnitude du tremblement de terre qu’il avait initialement estimée à 6,9.

Le séisme a été enregistré à 01h47 GMT (03h47, en Suisse) mercredi matin, et avait son épicentre à 11 km au sud-est d’Acapulco, dans l’État de Guerrero, au sud-est du Mexique, selon le Service national de sismologie. Jusqu’à présent, trois répliques ont été enregistrées, la plus forte étant de magnitude 5.

Moins d’une minute

«Un homme est mort parce qu’un poteau lui est tombé dessus dans la municipalité de Coyuca de Benítez», dans l’État de Guerrero (sud-est), a déclaré à Milenio TV le gouverneur de la municipalité, Héctor Astudillo. Le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador a indiqué dans un message que seules «des pierres sont tombées des murs, les mêmes à Morelos (centre), aucun dégât à Oaxaca (sud), aucun dégât à Puebla (centre)» et aucun dégât à Mexico.

La maire d’Acapulco, Adela Román, a signalé que «des personnes ont fait des crises de nerfs et sont inquiets car des répliques sont possibles». Elle a également déclaré que «de nombreuses fuites de gaz» avaient été signalées dans des zones résidentielles.

Un correspondant de l’AFP dans cette ville a rapporté que des lampadaires sont tombés et ont écrasé des véhicules sur l’avenue Costera, et que la façade d’une église s’est effondrée. À l’extérieur d’un hôtel, un touriste tentait de se remettre du choc en serrant dans ses bras sa mère de 86 ans qui pleurait.

«Je prenais un bain et soudain j’ai senti un mouvement très fort, j’ai eu peur et j’ai crié», a raconté à l’AFP Sixto, un habitant de Mexico en vacances à Acapulco, qui est sorti vêtu d’une serviette de bain. «Je suis avec ma mère et nous étions au 11e étage de l’hôtel (...) Je pense que l’hôtel a été vraiment endommagé», a-t-il ajouté.

Panique

«Jusqu’à présent, aucun dommage sérieux n’a été signalé», a pour sa part écrit Claudia Sheinbaum, maire de Mexico, sur Twitter. «Nous avons eu quelques coupures de courant, mais rien de grave. Le métro et le métrobus fonctionnent toujours», a souligné Omar Garcia, chef du secrétariat de la sécurité citoyenne, à Milenio TV.

Dans le centre de Mexico, dans un quartier de La Condesa près de l’Université privée La Salle, les gens ont évacué les maisons et les immeubles, selon un témoignage recueilli par l’AFP. «J’ai eu très peur, je ne sais pas si je vais dormir cette nuit. Je m’inquiète pour ma fille, je l’ai réveillée pour la protéger et je ne portais même pas de chaussures», confie à l’AFP Laura Villa, 49 ans, une habitante de ce quartier.

Des touristes séjournant dans des hôtels de l’avenue Reforma, l’une des principales artères de la capitale, ont également évacué leurs chambres dans la panique, selon des images télévisées. La secousse a duré moins d’une minute et a été fortement ressentie dans toute la capitale, selon plusieurs journalistes de l’AFP. Les sirènes d’alerte au tremblement de terre ont retenti dans la ville.

Des images vidéo prises par un journaliste de l’AFP à l’aéroport de Mexico, a montré l’amplitude de la secousse, avec des panneaux d’affichage électronique se balançant fortement. Des secousses importantes ont été signalées dans plusieurs États, notamment Michoacan (ouest), Morelos (centre), Oaxaca (sud) et Veracruz (centre-est), selon les médias mexicains. Un centre américain, qui avait dans un premier temps averti d’un risque de tsunami dans l’océan Pacifique, a précisé plus tard qu’aucun raz-de-marée n’était à redouter.

Le dernier tremblement de terre important au Mexique (également de magnitude 7,1) était survenu le 19 septembre 2017 et avait causé le mort de 369 personnes. En 1985, un séisme de magnitude 8,2 sur l’échelle de Richter avait causé la mort de 10 000 personnes. Quelque 30 000 autres avaient été blessées.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Serialbescherelles le 08.09.2021 14:17 Report dénoncer ce commentaire

    @l'essentiel: Ou situez-vous la limite entre l'amérique du nord et l'amérique centrale? Même si l'on prend une définition large qui commencerait à l'istme de Tehuantepec, cela n'inclut pas l'état de Guerrerro dont il est question ici... Il s'agit donc de l'Amérique du Nord.

Les derniers commentaires

  • Serialbescherelles le 08.09.2021 14:17 Report dénoncer ce commentaire

    @l'essentiel: Ou situez-vous la limite entre l'amérique du nord et l'amérique centrale? Même si l'on prend une définition large qui commencerait à l'istme de Tehuantepec, cela n'inclut pas l'état de Guerrerro dont il est question ici... Il s'agit donc de l'Amérique du Nord.