Profil de l'assaillant

15 mars 2019 08:38; Act: 15.03.2019 10:57 Print

Un «terroriste, extrémiste de droite et violent»

L'un des assaillants de l'attentat, qui a fait au moins 40 morts dans des mosquées de Christchurch, est un Australien, affirme le Premier ministre néo-zélandais.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Un tireur qui a tué au moins quarante personnes dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande vendredi, est un extrémiste de droite australien, a déclaré le Premier ministre australien, Scott Morrison. Les fusillades dans deux mosquées de Christchurch sont l'œuvre d'un «terroriste extrémiste de droite, violent», a-t-il dit, expliquant que l'enquête était aux mains des autorités néo-zélandaises. Il a confirmé les informations de presse selon lequel l'attaquant était un citoyen australien, sans donner plus de détails sur son identité.

Selon la police australienne, le terroriste est Brenton T., âgé de 28 ans. Il a diffusé son attentat en direct sur les réseaux sociaux, dans une vidéo d'une vingtaine de minutes réalisée à l'aide d'une bodycam. Des médias néo-zélandais disent que sur cette vidéo, que la police locale s'évertue à supprimer et demande de ne pas partager, on voit l'assaillant tirer à l'arme automatique sur plusieurs fidèles avant de s'enfuir en voiture. Ses comptes Facebook et Twitter ont été rapidement fermés.

Délire complotiste

Extrémiste de droite, Brenton T. serait adepte de la théorie complotiste et islamophobe du «grand remplacement». C'est un voyage en France qui l'a fait basculer dans son délire. Il aurait perçu une «invasion de la France par les non-Blancs». Sa photo d'illustration sur Twitter était une image de l'attentat de Nice montrant une fillette tuée.

Les services de sécurité australiens se penchent par ailleurs sur les liens possibles entre l'Australie et cette attaque, a-t-il précisé en offrant tout leur soutien à la Nouvelle-Zélande. «Nous ne sommes pas seulement des alliés, nous ne sommes pas juste des partenaires, nous sommes une famille», a-t-il souligné. La police de Nouvelle-Zélande a indiqué avoir arrêté trois hommes et une femme après les attaques contre deux mosquées de Christchurch, mais n'a pas communiqué leur identité.

Breivik, une «réelle source d'inspiration»

L'auteur présumé de l'attaque était très actif sur les réseaux sociaux même quelques heures avant les événements. L'Australien y avait écrit vouloir se venger «des milliers de morts que l'Europe a subi tout au long de son histoire à cause des invasions étrangères». Il y décrivait par ailleurs, son soutien pour Luca Traini, un sympathisant d'extrême droite de 28 ans qui avait tiré il y a environ un an sur une dizaine d'Africains à Macerata (It), mais aussi Anders Breivik, le terroriste d'extrême droite qui avait tué 77 personnes en Norvège en 2011.

«Ils m'ont soutenu dans ma mission.» L'assaillant présumé assure avoir été en contact avec «les frères de Breivik». Le terroriste de Norvège a été une «réelle source d'inspiration» pour lui.

Deux jours avant l'attaque meurtrière dans les deux mosquées, l'Australien a aussi publié un tweet dans lequel il estime que la chancelière allemande Angela Merkel et le président turc Recep Tayip Erdogan doivent être tués. «Merkel est la mère des anti-Blancs».

(ehs/ofu/L'essentiel/afp)