Tourisme

19 février 2019 17:43; Act: 20.02.2019 10:31 Print

Un voyagiste propose des vacances... en Syrie

Un voyagiste français propose un itinéraire touristique dans un pays dévasté par huit ans de guerre, alors que le ministère des Affaires étrangères «déconseille» fortement de s'y rendre.

Sur ce sujet
Une faute?

«Soyez les premiers à vous replonger dans cette histoire millénaire»: le voyagiste français Clio, spécialiste des circuits «culturels», est le seul d'envergure en Europe à proposer à nouveau des circuits touristiques en Syrie, dévastée par huit ans de guerre. À partir d'avril, le tour-opérateur propose un itinéraire de dix jours avec autocar privé et nuits dans des hôtels.

Les touristes découvriront les villes de Damas, au sud, Lattaquié, sur la côte nord. Et, dans l'intérieur du pays, ils se rendront sur les sites de Palmyre, le mythique Crac des Chevaliers, près de la frontière libanaise, ou encore le village chrétien de Maaloula, où se parle encore l'araméen, la «langue de Jésus».

Le MAE «déconseille»

Avec un tarif inférieur à 3 000 euros, «le succès a été immédiat. Le premier groupe d'une vingtaine de personnes est complet et cinq autres départs sont prévus à l'automne», indique Jean-Pierre Respaut, directeur général adjoint de Clio. Il revendique quelque 15 000 clients annuels sur toutes ses destinations.

Et il minimise les mises en garde du Quai d'Orsay, le ministère français des Affaires étrangères qui «déconseille» fortement de se rendre en Syrie. «La situation est plus stable aujourd'hui: dorénavant, le pays est en grande partie pacifié et le régime a reconquis la majeure partie de son territoire», souligne-t-il.

«Responsabilité engagée»

Jean-Pierre Respaut assure que tout a été fait pour garantir la sécurité du groupe. «Partout où nous proposons d'aller, ce sont des zones sûres. Nous n'allons pas dans des zones non encore totalement pacifiées, comme Alep ou sur l'Euphrate. À certaines étapes, le groupe sera encadré par la police», détaille-t-il.

Mais pour le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, «l'agence de voyages Clio expose ses clients à un risque dont elle a pleinement connaissance». «Sa responsabilité sera engagée en cas d'incident. Cela lui a été rappelé à plusieurs reprises par le Centre de crise et de soutien du ministère», indique le quai d'Orsay.

Une enquête au retour?

Le ministère tient également à prévenir que, «dans le contexte de la lutte contre le terrorisme, les ressortissants ou résidents français entrés sur le territoire syrien sont susceptibles de faire l'objet d'une enquête en France sur le motif de leur séjour».

«La Syrie est un pays en guerre», souligne le quai d'Orsay, qui «déconseille formellement tout déplacement, quel qu'en soit le motif et quelle qu'en soit la destination. Le risque d'attentat terroriste et d'enlèvement à des fins politiques ou crapuleuses y est majeur».

D'après Jean-Pierre Respaut, les autorités françaises «sont dans leur rôle. Elles sont prudentes, mais elles ne prennent pas les mêmes précautions pour d'autres pays. Il n'y a pas plus de problèmes a priori en Syrie que dans d'autres pays comme le Pakistan, où nous allons aussi», estime-t-il. «On n'est pas là pour donner une bonne image au régime» de Bachar el-Assad, affirme-t-il également.

Clio, créée en 1976 par Christian Marquant, par ailleurs fondateur du Mouvement de la jeunesse catholique de France et de l'association Paix Liturgique, s'inscrit avec ce voyage «dans une démarche culturelle. Il n'y a pas d'aspect religieux, ce n'est pas non plus un voyage géopolitique ou un acte militant», se défend Jean-Pierre Respaut.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Hammond le 19.02.2019 23:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vu la situations du pays faut vraiment être inconscient , les gens a mon avis on encore pas compris !! un pays a 100% a risque mes le pire un voyagiste français propose des séjours !!! mais ses quoi ce monde !!! les gens cherchent les problèmes après ils se plaignent !!!

  • Henri le 19.02.2019 22:00 Report dénoncer ce commentaire

    10 mille ans d‘histoire....c‘est donc 8000ans avant Jésus qu‘on peut y admirer. Ce sont des pierres et encore des pierres qui sont éternelles.

  • Joséphine le 19.02.2019 18:32 Report dénoncer ce commentaire

    Le rêve syrien est fini depuis longtemps et le sera encore longtemps. J'ai un ami qui y a vécu pendant 10 ans pour y avoir travaillé comme ingénieur dans les années 1980. D'après lui, Ce fût un pays magnifique et riche de culture en tous genres. Mais aujourd'hui, ce serait de la folie de vouloir s'y rendre.

Les derniers commentaires

  • Hammond le 19.02.2019 23:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vu la situations du pays faut vraiment être inconscient , les gens a mon avis on encore pas compris !! un pays a 100% a risque mes le pire un voyagiste français propose des séjours !!! mais ses quoi ce monde !!! les gens cherchent les problèmes après ils se plaignent !!!

  • Henri le 19.02.2019 22:00 Report dénoncer ce commentaire

    10 mille ans d‘histoire....c‘est donc 8000ans avant Jésus qu‘on peut y admirer. Ce sont des pierres et encore des pierres qui sont éternelles.

  • Joséphine le 19.02.2019 18:32 Report dénoncer ce commentaire

    Le rêve syrien est fini depuis longtemps et le sera encore longtemps. J'ai un ami qui y a vécu pendant 10 ans pour y avoir travaillé comme ingénieur dans les années 1980. D'après lui, Ce fût un pays magnifique et riche de culture en tous genres. Mais aujourd'hui, ce serait de la folie de vouloir s'y rendre.