Nouvelle-Zélande

26 novembre 2018 07:17; Act: 26.11.2018 10:55 Print

Une aiguille découverte dans une fraise

Après le mystère des fraises piégées en Australie, c'est en Nouvelle-Zélande qu'une aiguille a été découverte dans un fruit.

storybild

C'est la deuxième fois qu'une aiguille est retrouvée dans une fraise en Nouvelle-Zélande. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Une aiguille a été découverte dans une fraise en Nouvelle-Zélande, a annoncé lundi la police locale, ce qui rappelle la contamination qui avait généré une psychose en septembre, dans l'Australie voisine. C'est la deuxième fois qu'une aiguille est retrouvée dans une fraise en Nouvelle-Zélande. Cette découverte a été faite ce week-end dans une barquette vendue dans la petite ville de Geraldine, sur l'Île du Sud, a précisé un porte-parole de la police néo-zélandaise.

Le propriétaire du supermarché où avait été achetée la barquette en question a annoncé le retrait de ses étalages de toutes les fraises. Mais il s'est refusé à dire si le fruit incriminé avait été produit en Australie ou en Nouvelle-Zélande.

Plus de 200 cas présumés de «fraises piégées»

L'Australie a vécu plusieurs semaines en septembre, dans l'angoisse de la découverte d'aiguilles et d'épingles dans des barquettes de fraises, provoquant la détresse des producteurs, la panique de certains consommateurs et une épidémie de canulars sur les réseaux sociaux.

Plus de 200 cas présumés de «fraises piégées» avaient été signalés après l'hospitalisation pour des douleurs à l'estomac d'un homme ayant consommé le fruit. Un incident similaire avait également été signalé en Nouvelle-Zélande.

Fraises retirées de l'étalage

Une femme de 50 ans qui travaillait dans une ferme où avaient été produites certaines des fraises a depuis été arrêtée et inculpée dans l'État du Queensland (nord-est). Le ministère néo-zélandais du secteur primaire (MPI) a annoncé que la personne qui avait retrouvé l'aiguille à Geraldine n'avait pas été blessée.

«La police est saisie de l'enquête», a dit aux journalistes un porte-parole du ministère. «À ce stade, le MPI n'a pas de raisons de penser que l'affaire puisse aller au-delà de cette unique découverte. Cependant, par mesure de précaution, le magasin a retiré les fraises des étalages».

(L'essentiel/afp)