Au Brésil

12 août 2018 10:31; Act: 13.08.2018 09:01 Print

Une avocate battue par son mari puis tuée

La diffusion d'images où l'on voit un homme battre son épouse dans un ascenseur, juste avant que cette femme, avocate, soit retrouvée morte, suscite une vague d'indignation au Brésil.

Sur ce sujet
Une faute?

La récente révélation de la mort d'une avocate qui aurait été poussée du quatrième étage d'un bâtiment par son mari a entraîné des manifestations à Curitiba (sud du Brésil) et attiré l'attention sur l'augmentation du nombre des violences faites aux femmes.

La diffusion à la télévision il y a quelques jours d'une vidéo prise par les caméras de surveillance de l'immeuble a suscité une vague d'indignation. Les images montrent l'homme en train de battre sa femme à plusieurs reprises.

Le suspect est actuellement détenu et accusé d'avoir frappé Tatiane Spitzner, de l'avoir empêchée de s'échapper puis forcée à prendre l'ascenseur qui menait à leur appartement dans la ville de Guarapuava, non loin de Curitiba, avant de la pousser par la fenêtre. Des militants se sont emparés de la vidéo pour dénoncer le problème plus large des violences domestiques et des féminicides au Brésil.

Certains détails ne sont pas visibles dans la vidéo diffusée. Sur les images consultées par les enquêteurs, le mari a continué à battre sa femme dans l'appartement du couple. Des voisins disent avoir entendu appeler à l'aide. Sur d'autres images issues de l'ascenseur, on voit le suspect remonter le corps sans vie de sa femme et essayer d'effacer les taches de sang dans la cabine. Il a ensuite pris la fuite avant l'arrivée de la police avant d'être finalement rattrapé.

«La plupart de ces cas sont évitables»

Diffusé cette semaine, le rapport annuel de l'association du Forum brésilien pour la sécurité publique révèle que le nombre des meurtres de femmes a augmenté de 6% en 2017. Le rapport fait état de 1133 femmes ciblées en raison de leur sexe ainsi que de 60 018 viols en 2017, soit 8% de plus qu'en 2016. «Le Brésil doit apprendre à comprendre que la plupart de ces cas sont évitables», a expliqué Maria Laura Canineu de Human Rights Watch citée par le «New York Times».

Des centaines de Brésiliens ont répondu samedi à l'appel d'une association d'avocats et défilé vêtus de blanc dans les rues de la capitale de l'État de Parana, avant un lâcher de ballons blancs à la mémoire de l'avocate morte. Le père de Tatiane Spitzner, présent pendant les manifestations, a déploré sur la chaîne de télévision G1 que les crimes liés au genre «infestent le pays».

Le site internet de G1 avait révélé vendredi des déclarations du suspect dans lesquelles il dit penser que sa femme a sauté de son plein gré. G1 cite le rapport des experts psychologues qui stipule que l'homme «ne se souvient pas de ce qu'il s'est passé». Selon ses avocats, il n'est pas coupable.

(L'essentiel/afp)