Ex-président brésilien

08 juillet 2018 18:07; Act: 09.07.2018 12:35 Print

Une cour d'appel ordonne la libération de Lula

À la surprise générale, une cour d'appel brésilienne a ordonné dimanche la libération de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, incarcéré depuis début avril pour corruption.

storybild

Lula a été condamné à douze ans et un mois de prison pour corruption et incarcéré depuis début avril.

Sur ce sujet

La décision judiciaire stipule que la libération doit avoir lieu «selon le régime d'urgence en la date d'aujourd'hui, en présentant cet ordre à quelconque autorité policière présente au siège de la police fédérale de Curitiba», où Lula est incarcéré. Cette décision a été prise par un des juges du TRF4 de Porto Alegre, cour d'appel qui a alourdi de 9 ans et six mois à 12 ans et un mois la peine de prison de l'ex-président (2003-2010), en tête des intentions de vote pour la présidentielle d'octobre.

Le juge Rogério Favreto a décidé d'accepter une demande d'Habeas Corpus présentée vendredi par plusieurs députés du Parti des Travailleurs (PT), fondé par Lula en 1980. Dans un document officiel émis dimanche le juge anticorruption Sergio Moro, qui a condamné Lula en première instance en juillet, a cependant affirmé que ce magistrat n'a pas la compétence d'ordonner cette libération.

«Lula libre maintenant!», pouvait-on lire sur le compte Twitter de l'icône de la gauche, avec un lien vers un article de son site titré «Le TRF4 détermine la fin de la prison illégale de Lula». Accusé d'avoir reçu un appartement en bord de mer pour favoriser une entreprise de bâtiment pour l'obtention de marchés publics, Lula nie farouchement et se dit victime d'un complot pour l'empêcher de briguer un troisième mandat. Malgré ce coup de théâtre, même s'il est remis en liberté, l'ex-président pourrait néanmoins voir sa candidature invalidée par le tribunal électoral.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.