Diplomatie

14 avril 2021 09:43; Act: 14.04.2021 12:16 Print

Une délégation américaine non officielle à Taïwan

Le président Joe Biden a envoyé mercredi, à Taïwan, une délégation officieuse d’anciens hauts responsables américains afin d’apporter le soutien des États-Unis à l’île.

storybild

Image d’illustration. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Taipei a indiqué que l’ancien sénateur Christopher Dodd et les anciens secrétaires d’État adjoints, Richard Armitage et James Steinberg, doivent atterrir mercredi après-midi, à l’aéroport de la capitale. «Une fois de plus, cette visite prouve la relation solide entre Taïwan et les États-Unis», a déclaré Xavier Chang, porte-parole du bureau de la présidence. «Elle est aussi solide qu’un roc», a-t-il affirmé.

Taïwan, qui compte 23 millions d’habitants, est considérée par la Chine comme une province rebelle appelée à rentrer un jour dans son giron, par la force si nécessaire. Pékin exerce une pression économique, diplomatique et militaire croissante sur les autorités taïwanaises pour tenter de maintenir l’île isolée sur la scène mondiale et s’irrite à chaque fois que des pays envoient des délégations ou maintiennent des contacts avec Taipei.

L’an passé, les avions militaires chinois ont fait un nombre record d’incursions dans la zone de défense de Taïwan. Lundi, un nombre sans précédent d’avions militaires chinois, 25 au total, ont pénétré dans la zone d’identification de défense aérienne de Taïwan.

Nouvelles directives

Washington, qui reconnaît diplomatiquement Pékin depuis 1979, a maintenu des relations avec Taipei et reste son plus important soutien militaire. Une loi américaine oblige ainsi les États-Unis à aider l’île à se défendre en cas de conflit.

Cette visite d’une délégation américaine intervient à l’occasion du 42e anniversaire de cette loi que Joe Biden avait signée lorsqu’il était un jeune sénateur. Par ailleurs, vendredi, le département d’État américain a publié de nouvelles directives permettant à des représentants américains de rencontrer plus facilement leurs homologues taïwanais.

Sous la présidence de Donald Trump, Washington a multiplié les contacts et les visites de hauts représentants à Taïwan alors que les relations avec Pékin étaient au plus bas. Depuis son arrivée au pouvoir, Joe Biden a maintenu une ligne dure avec Pékin notamment en matière de droits de l’homme et au sujet de sa politique menaçante envers Taïwan.

(L'essentiel/AFP)