Armes chimiques en Syrie

10 avril 2018 14:29; Act: 10.04.2018 14:42 Print

Une enquête «impartiale» sur l'attaque exigée

Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU, souhaite que les enquêteurs internationaux aient accès à Douma. Une attaque chimique s'y serait produite samedi.

storybild

Cette photo, transmise à l'AFP par les Casques blancs, montrent des enfants traités après une attaque chimique présumée.

Sur ce sujet
Une faute?

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres s'est dit outré mardi par l'attaque présumée chimique en Syrie, appelant à une enquête «impartiale» donnant un accès «sans entrave» aux enquêteurs internationaux. «Toute utilisation confirmée d'armes chimiques, par n'importe quelle partie au conflit et en toutes circonstances, est odieuse et constitue une violation flagrante du droit international», a déclaré Antonio Guterres dans un communiqué. «La gravité des récentes allégations nécessite une enquête approfondie utilisant une expertise impartiale, indépendante et professionnelle», a-t-il ajouté.

Selon les Casques blancs, des sauveteurs syriens en zone rebelle, et une ONG américaine, cette attaque a fait au moins 40 morts samedi à Douma, dernière poche rebelle aux abords de Damas. M. Guterres a réaffirmé son soutien total à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et à sa mission d'établissement des faits qui, selon lui, «devrait bénéficier d'un accès total, sans aucune restriction ou entrave à ses activités».

Menace de riposte militaire

Les Etats-Unis doivent déposer mardi un projet de résolution instituant un mécanisme d'enquête international sur le recours à des armes chimiques en Syrie, mais la Russie a jugé qu'il comprenait des «éléments inacceptables». Moscou compte ainsi déposer un projet concurrent de celui des Etats-Unis mardi à l'ONU pour exiger «une enquête» qui impliquerait l'OIAC, a annoncé le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

L'ONU n'a plus d'organisme d'enquête dédié aux attaques chimiques en Syrie depuis la disparition fin 2017 du JIM, un groupe ONU-OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes chimiques) dont le mandat n'a pas été renouvelé en raison de plusieurs veto russes. Le président américain Donald Trump a fait planer la menace d'une riposte militaire contre le régime syrien après cette attaque chimique présumée.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • réalité ce n est pas la richesse n matér le 10.04.2018 15:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Réaliste. la Syrie est devenue un terrain pas de guerre mais de jeux .Les uns donnent des armes des hommes qui vont s amuser à donner la mort ensuite ils reviennent au pays avec la lettre S .cela dure des années une honte pour nous

Les derniers commentaires

  • réalité ce n est pas la richesse n matér le 10.04.2018 15:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Réaliste. la Syrie est devenue un terrain pas de guerre mais de jeux .Les uns donnent des armes des hommes qui vont s amuser à donner la mort ensuite ils reviennent au pays avec la lettre S .cela dure des années une honte pour nous