En Syrie

24 mai 2019 14:10; Act: 24.05.2019 14:59 Print

Plusieurs journalistes attaqués en Syrie

Une équipe de la chaîne britannique «Sky News» dit avoir été prise pour cible par le régime syrien et les forces russes, dans la province d'Idleb.

Sur ce sujet
Une faute?

La chaîne d'informations britannique Sky News a affirmé jeudi qu'une de ses équipes avait été «délibérément» attaquée par le régime syrien, avec l'aide de forces russes dans la province d'Idleb, dernier grand bastion jihadiste dans le nord-ouest du pays.

«L'équipe de Sky News - clairement identifiée comme journaliste - a été délibérément prise pour cible et attaquée par les forces du régime syrien», écrit la chaîne dans un article publié sur Internet. Une vidéo mise en ligne par Sky News montre l'équipe essuyer des tirs au milieu d'habitations en ruine et tenter de se mettre à couvert. «Où allons-nous? Où allons-nous?», demande fébrilement l'envoyée spéciale de la chaîne, Alex Crawford.

«Nous avons continué à être visés alors que nous quittions la zone»

«Nous avons été repérés par un drone militaire, puis pris pour cible à plusieurs reprises par ce que nous pensons être des obus de 125 mm, probablement tirés depuis un char de combat russe T-72», a déclaré la journaliste. «Nous avons continué à être visés alors que nous quittions la zone», a-t-elle ajouté, indiquant qu'un «militant politique» les accompagnant, Bilal Abdul Kareem, avait été touché par un éclat d'obus. «Il s'agit de violations flagrantes des règles d'opération dans une zone de combat», a dénoncé la journaliste.

Le régime syrien a mené jeudi des raids aériens dans la région, dernier grand bastion jihadiste, tuant huit civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). La province d'Idleb et des segments des provinces voisines de Hama, Alep et Lattaquié, dominés par Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d'Al-Qaïda), sont le théâtre depuis fin avril d'affrontements meurtriers entre jihadistes et forces pro-régime, soutenues par Moscou.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.