Veillée funèbre

26 novembre 2020 18:19; Act: 26.11.2020 18:27 Print

Une ex de Maradona furieuse d’avoir été écartée

Une des anciennes compagnes de Diego Maradona s’est plainte, jeudi, d’avoir été écartée de la veillée funèbre familiale organisée en son honneur.

Sur ce sujet
Une faute?

«Ils m’ont dit de venir à 7h, avec tout le monde», a-t-elle expliqué, en pleurs, à la presse. Les bisbilles entre les anciennes compagnes du joueur ainsi qu’entre ses enfants (il en a reconnu huit) ont été largement commentées sur les réseaux sociaux et à la télévision depuis des années.

«Il paraît que Claudia (Villafane, ex-épouse de Maradona) n’a pas voulu que j’entre mais elle dit, elle, qu’elle n’y est pour rien», a déclaré Rocio Oliva à la chaîne TN.

Veillée funèbre

«Ça me fait mal qu’on ne me laisse pas entrer et en faisant cela ils font aussi du mal à Diego. Je suis sa dernière femme, personne ne le comprend. J’ai été la seule femme que Diego voulait voir. Tout le mal qu’ils font, cela se paie», a-t-elle lancé.

La veillée funèbre organisée par le gouvernement argentin à l’occasion du décès de la légende du football mondial, Diego Maradona, décédé mercredi à 60 ans des suites d’une crise cardiaque, a débuté jeudi matin, au Palais présidentiel de Buenos Aires, en présence de dizaines de milliers de fans éplorés.

Mouvements de foule

La veillée funèbre doit durer toute la journée de jeudi, avant que Maradona ne soit enterré dans un cimetière de la périphérie de Buenos Aires, selon son porte-parole. Le président argentin Alberto Fernandez a décrété trois jours de deuil national en hommage au «Pibe de Oro», champion du monde en 1986.

À pas lents, la foule a commencé à défiler dès 6h du matin, devant le cercueil du mythique attaquant, recouvert du drapeau argentin et d’un maillot floqué de son numéro 10. Avant l’ouverture des portes, des mouvements de foule et quelques débordements ont été signalés, que la police a tenté de juguler. Des dizaines de milliers de personnes ont passé la nuit sur la Plaza de Mayo, face au palais de la présidence argentine, à chanter en hommage à leur idole disparue.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Loool le 27.11.2020 12:34 Report dénoncer ce commentaire

    Juste une question : elle pleure car il est décédé ou elle pleur car elle n'aura pas la par du gâteau ??

  • briciola le 27.11.2020 18:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Après tout c'est une ex elle na pas à être la

  • mote le 27.11.2020 13:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elle a rien loupé !

Les derniers commentaires

  • Jean II le 28.11.2020 12:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bye bye même pas un pesos !

  • briciola le 27.11.2020 18:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Après tout c'est une ex elle na pas à être la

  • mote le 27.11.2020 13:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elle a rien loupé !

  • Loool le 27.11.2020 12:34 Report dénoncer ce commentaire

    Juste une question : elle pleure car il est décédé ou elle pleur car elle n'aura pas la par du gâteau ??

  • Héritages le 27.11.2020 11:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sûrement encore 1 futur cas d'héritage. Elle dit ayant "été " sa dernière femme, si elle a des enfants avec, c'est plus que évident. Déjà qu'il avait reconnu 8 de ses enfants...