Au Pakistan

28 janvier 2018 10:10; Act: 28.01.2018 10:50 Print

Une Française secourue à plus de 6000 m d'altitude

Elisabeth Revol et Tomek Mackiewicz étaient portés disparus depuis la veille alors qu'ils avaient entrepris l'ascension du Nanga Parbat, sommet de plus de 8000 m au nord-est du Pakistan.

Sur ce sujet
Une faute?

Une opération de sauvetage a été lancée samedi au Pakistan pour deux alpinistes, une Française et un Polonais, en difficulté alors qu'ils tentaient l'escalade du Nanga Parbat dans la chaîne de l'Himalaya, neuvième sommet du monde surnommé la «montagne tueuse». Elisabeth Revol et Tomek Mackiewicz avaient été aperçus vendredi à l'aide de jumelles par d'autres alpinistes depuis le camp de base.

Selon les organisateurs de cette expédition, Mme Revol avait envoyé des messages alarmistes concernant le sort de M. Mackiewicz. «Pour Tomek, je pense qu'il n'y a plus beaucoup d'espoir. C'est une tragédie», a-t-elle écrit, à une date qui n'a pas été précisée.

Samedi vers 22 heures en Europe, la cordée de quatre alpinistes polonais, partie secourir la Française l'a atteinte, annonce Le Dauphiné Libéré.

Aucune information concernant son compagnon de cordée n'était disponible dans l'immédiat.

Le Nanga Parbat (8125 mètres), dans le nord-est du Pakistan, a été surnommé la «montagne tueuse» car plus de 30 alpinistes y ont trouvé la mort avant qu'il soit vaincu pour la première fois, en 1953.

(L'essentiel/cga/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • marie ange le 28.01.2018 17:11 Report dénoncer ce commentaire

    ce qui paraît incroyable c'est que l'on laisse n'importe qui "essayer de faire un exploit",de passer à la tv,dans la presse. les personnes qui font les secours risque leur vie.

  • Bibi au chaud le 28.01.2018 11:53 Report dénoncer ce commentaire

    Dans mon salon j'ai pas du appeler les secours, mais alors c'était mon choix.

  • Alric le 28.01.2018 20:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il est à la fois triste et marrant de savoir que les fameux alpinistes perdu se mommifient et sèrvent de repère aux nouveaux aventurier... on laisse les gens se tuer là bas, et ici on nous met à 80kmh sur les nationales. allez comprendre

Les derniers commentaires

  • Alric le 28.01.2018 20:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il est à la fois triste et marrant de savoir que les fameux alpinistes perdu se mommifient et sèrvent de repère aux nouveaux aventurier... on laisse les gens se tuer là bas, et ici on nous met à 80kmh sur les nationales. allez comprendre

  • marie ange le 28.01.2018 17:11 Report dénoncer ce commentaire

    ce qui paraît incroyable c'est que l'on laisse n'importe qui "essayer de faire un exploit",de passer à la tv,dans la presse. les personnes qui font les secours risque leur vie.

    • Toxik le 28.01.2018 22:49 Report dénoncer ce commentaire

      et n'importe qui écrire n'importe quoi ! Elisabeth Revol est certainement l'une des meilleures spécialistes de l'Himalaya.

  • Bibi au chaud le 28.01.2018 11:53 Report dénoncer ce commentaire

    Dans mon salon j'ai pas du appeler les secours, mais alors c'était mon choix.

    • Cycliste le 28.01.2018 12:53 Report dénoncer ce commentaire

      Bibi, ne rigolez pas trop vite. Si vous passez votre vie dans votre salon, devant la TV, (même seulement 3 h par jours) vous prenez plus de risques, qu'un cycliste ou qu'un alpiniste.