États-Unis

28 mai 2018 12:43; Act: 28.05.2018 14:50 Print

Une jeune femme en bikini frappée par un policier

La vidéo d'une interpellation musclée sur une plage du New Jersey est devenue virale sur les réseaux sociaux. La police de Wildwood a ouvert une enquête interne.

Sur ce sujet

Une vidéo montrant un membre des forces de l'ordre de Wildwood (New Jersey) qui donne plusieurs coups de poing à une jeune femme sur une plage fait des remous sur les réseaux sociaux. La police a ouvert une enquête, rapporte NBC.

Emily Weinman, 20 ans, a été arrêtée dimanche et mise en examen pour agression aggravée sur un officier de police, agression aggravée «en crachant du fluide corporel» sur un officier de police, conduite désordonnée, résistance à une arrestation, obstruction et possession mineure d'alcool. Les images de son interpellation sont impressionnantes. Elles montrent trois officiers maintenant la jeune femme dans le sable, et l'un d'entre eux la frappant plusieurs fois à l'arrière de la tête. Une femme en arrière-plan crie sans arrêt: «Arrête de résister!».

Les versions d'Emily et de la police sont, forcément, très différentes. Tony Leonetti, chef de la sécurité publique de Wildwood, affirme que la jeune femme s'en est prise à un officier en lui donnant un coup de pied dans les parties génitales avant de s'enfuir, ce que la vidéo ne montre pas. La demoiselle aurait ensuite craché sur un des policiers.

«Le flic m'a plaquée au sol et fracassé la tête dans le sable»

Sur Facebook, Emily affirme qu'elle et ses amis ont été confrontés par deux policiers. Elle admet avoir été en possession d'alcool tout en n'ayant pas 21 ans (NDLR: l'âge légal aux États-Unis), mais assure qu'elle ne buvait pas à ce moment-là, que sa bouteille était fermée et que son test d'alcoolémie s'est avéré négatif. Emily raconte qu'après cela, les officiers sont restés avec elle et que l'un d'eux l'a suivie alors qu'elle s'éloignait pour passer un coup de fil. Agacée, l'Américaine a demandé aux agents s'ils n'avaient pas quelque chose de plus utile à faire que de surveiller des gamines éméchées, ce qui ne leur a pas plu. C'est là que les choses auraient dégénéré.

Emily refusant de donner son nom, un officier s'est avancé vers elle pour lui passer les menottes. «J'ai trébuché et je suis tombée, et le flic m'a plaquée au sol et fracassé la tête dans le sable», dénonce la jeune femme, qui dit avoir lutté pour se sortir de là. L'Américaine reconnaît avoir mal agi en refusant de décliner son identité, mais assure qu'elle avait peur. Sur les réseaux sociaux, le débat fait rage entre ceux qui soutiennent les policiers, ceux qui disent vouloir attendre de connaître les différentes versions et ceux qui fustigent les forces de l'ordre pour leur démonstration de force excessive.

La police de Wildwood est en train de mener une enquête interne pour y voir plus clair. En attendant, les agents impliqués se sont vu confier des tâches administratives. Les images tournées par les bodycams des policiers ainsi que les témoignages de personnes présentes lors de l'arrestation devraient aider les autorités à prendre une décision.

(L'essentiel/joc)