Pakistan

21 juillet 2019 13:18; Act: 22.07.2019 17:16 Print

Une kamikaze se fait exploser: six victimes

Un attentat suicide revendiqué par les talibans pakistanais a tué six personnes et blessé treize personnes, dans le nord-ouest du pays.

storybild

L'attaque a tué deux policiers et quatre civils.

Sur ce sujet
Une faute?

Six personnes, dont deux policiers, ont été tuées dans un attentat perpétré dimanche par une femme kamikaze, dans le nord-ouest du Pakistan et revendiqué par les talibans pakistanais, a-t-on appris de sources policières.

L'attaque s'est produite à l'entrée d'un hôpital du village de Kotlan Saidan, qui se trouve à la périphérie de Dera Ismail Khan, une ville ayant connu un grand nombre d'attentats au plus fort des années de sang au Pakistan.

La police aidait à déplacer les corps de deux policiers, abattus samedi par des extrémistes, quand l'explosion est survenue, a raconté Salim Riaz, le chef de la police du district.

«La femme kamikaze, âgée d'environ 28 ans, est arrivée à pied et s'est fait exploser, tuant deux policiers et quatre civils et en blessant 13 autres», a-t-il déclaré. Parmi les blessés se trouvent huit policiers et cinq civils, a-t-il précisé.

Un autre responsable de la police locale, Malik Habib, a confirmé le mode opératoire et le bilan humain, ajoutant que les forces de l'ordre avaient plus tard retrouvé la tête mutilée de la kamikaze.

Attaques en baisse

Le porte-parole de Tehreek-e-Taliban Pakistan - les talibans pakistanais - Muhammad Khurasani a revendiqué l'attaque dans une déclaration envoyée aux médias locaux. Le Pakistan a connu une forte amélioration de sa situation sécuritaire ces dernières années.

D'après le CRSS, un centre de recherche pakistanais, le nombre de personnes tuées dans les violences à caractère extrémiste, politique ou criminel, a chuté de plus de 80% ces trois dernières années, avec 1131 morts violentes recensées en 2018, contre 6574 en 2015.

Mais des attaques de faible envergure sont toujours perpétrées régulièrement, ciblant souvent les forces de sécurité dans le Nord-Ouest, les zones tribales frontalières de l'Afghanistan et dans la province du Balouchistan (sud-ouest), dont Dera Ismail Khan est proche.

(L'essentiel/afp)