Mortalité maternelle

19 septembre 2019 16:20; Act: 19.09.2019 16:44 Print

«Une naissance tourne au drame toutes les 11"»

Selon l'ONU et l'UNICEF, malgré les progrès de la médecine, une femme enceinte ou un nouveau-né meurent toutes les 11 secondes dans le monde.

storybild

Par régions, l'Afrique subsaharienne est la plus affectée.

Sur ce sujet
Une faute?

Une mère décède en couches ou un bébé à la naissance toutes les onze secondes. Mais cette situation internationale est en large recul ces dernières décennies, selon des données rendues publiques jeudi par l'ONU.

«Dans les pays qui fournissent à chacun des services de santé sûrs, abordables et de haute qualité, les femmes et les bébés survivent et prospèrent», relève le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus. Mais «toutes les 11 secondes, une naissance devient une tragédie familiale», ajoute la directrice exécutive du Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) Henrietta Fore.

Selon deux rapports publiés par plusieurs acteurs onusiens, le nombre des femmes enceintes ou des nouvelles mamans et des jeunes enfants qui décèdent chaque année a largement reculé. En environ 20 ans, celui des enfants de moins de cinq ans victimes a été divisé quasiment par deux, à 5,3 millions en 2018. Environ la moitié de ces décès sont observés pendant le premier mois.

Le nombre des femmes qui décèdent après des complications pendant la grossesse ou l'accouchement a lui reculé de plus d'un tiers. Celles-ci étaient 295 000 en 2017. Selon la directrice exécutive de l'UNICEF, la qualité du personnel, l'eau propre, une alimentation adaptée et des médicaments peuvent contribuer à empêcher tous ces décès. «Nous devons tout faire pour investir» dans la couverture santé pour tous, a encore dit la responsable.

Augmentation observée dans plusieurs pays

Par régions, l'Afrique subsaharienne est la plus affectée. Le taux de mortalité maternelle est de près de 50 fois supérieur à celui qui est totalisé dans les États les plus riches. Les bébés sont eux dix fois plus menacés. En 2018, un enfant sur treize est mort avant l'âge de cinq ans dans cette région, contre un sur 196 en Europe.

Une femme sur 37 décède pendant l'accouchement en Afrique subsaharienne, près de 180 fois plus que dans les pays européens. Selon l'ONU, au rythme actuel, l'objectif de moins de 70 femmes victimes pour 100 000 grossesses qui ne décèdent pas serait loin d'être atteint.

Malgré le recul, la mortalité maternelle a encore augmenté dans 13 pays. La plus forte extension, 58%, a été observée aux États-Unis. Cette détérioration a eu lieu aussi dans certains États confrontés à des conflits comme la Syrie, a également expliqué l'ONU.

(L'essentiel/afp)