Aux États-Unis

23 août 2019 07:51; Act: 23.08.2019 10:23 Print

Une nouvelle fusillade évitée de justesse

La police de Los Angeles (Californie) a arrêté un employé d'un hôtel qui menaçait d'ouvrir le feu dans l'établissement. Un impressionnant arsenal a été saisi chez lui.

Sur ce sujet
Une faute?

Un homme de 37 ans a été inculpé jeudi pour avoir menacé d'ouvrir le feu dans l'hôtel où il était employé près de Los Angeles, ont annoncé les autorités, qui ont saisi à son domicile un impressionnant arsenal, dont un fusil d'assaut. Le suspect, Rodolfo Montoya, «avait clairement un plan, l'intention et les moyens de mener à bien un acte de violence qui aurait pu aboutir à une fusillade de masse», a estimé le chef de la police de Long Beach (Californie), Robert Luna, lors d'une conférence de presse organisée après l'arrestation.

Cuisinier à l'hôtel Marriott de Long Beach, Rodolfo Montoya avait confié à un collègue qu'il était en colère, et comptait se présenter à son travail et ouvrir le feu sur tous ceux qu'il rencontrait. D'après les premiers éléments de l'enquête, le mécontentement de l'employé serait lié à une affaire touchant à la gestion du personnel. Le collègue a pris la menace au sérieux et a prévenu le directeur de l'hôtel, qui a à son tour alerté la police.

Débat sur le fusil d'assaut

Rodolfo Montoya a été appréhendé mardi à son domicile, où les policiers ont découvert un assortiment d'armes, dont un fusil d'assaut AR-15 qu'il n'avait pas le droit de posséder dans l'État de Californie, un fusil à pompe, plusieurs pistolets et des centaines de cartouches. Le chef de la police de Long Beach a estimé que le directeur de l'hôtel avait «sauvé de nombreuses vies» en donnant l'alerte, celle des autres employés, mais aussi «de tous les clients qui auraient pu se trouver au Marriott lorsque ce type aurait décidé de mettre ses menaces à exécution».

Deux fusillades distinctes ont fait 31 morts les 3 et 4 août, d'abord à El Paso au Texas, puis à Dayton dans l'Ohio. À chaque fois, les tireurs ont utilisé des fusils d'assaut, qui ont une forte cadence de tir et sont donc très meurtrières, relançant le débat récurrent aux États-Unis sur la nécessité d'interdire ce type d'armes.

(L'essentiel/afp)