En Afrique du Sud

24 mai 2018 18:30; Act: 25.05.2018 17:23 Print

Une rançon de 15 bitcoins pour libérer leur fils

Les ravisseurs d'un adolescent exigeaient une certaine somme dans la cryptomonnaie. La victime a été retrouvée saine et sauve.

storybild

Cette affaire semble être la première demande de rançon en cryptomonnaie recensée en Afrique du Sud. (photo: dr/Twitter)

Un adolescent enlevé en Afrique du Sud par des ravisseurs qui exigeaient le versement d'une rançon en bitcoins a été retrouvé sain et sauf jeudi, a annoncé la police. Le garçon de 13 ans avait été enlevé dimanche, à Witbank, dans la province sud-africaine du Mpumalanga (nord-est), par un groupe non identifié qui a pris la fuite en voiture. Ses ravisseurs avaient demandé une rançon peu habituelle de 15 bitcoins, environ 97 000 euros.

L'adolescent «a été retrouvé seul. Il va très bien», a déclaré un porte-parole de la police locale, Leonard Hlathi, interrogé sur la chaîne de télévision eNCA. «Je ne suis pas en mesure de donner plus de détails car l'enquête est toujours en cours», a-t-il ajouté, refusant de préciser si une rançon avait été payée et, le cas échéant, sous quelle forme. Selon la presse locale, les ravisseurs avaient précisé leurs conditions dans une note explicative sur les lieux du crime. «Nous exigeons une rançon de 15 bitcoins à payer sur le compte en bitcoins suivant en échange de la libération de votre fils, ce n'est pas négociable», avaient-ils écrit.

Cette affaire semble être la première demande de rançon en cryptomonnaie recensée en Afrique du Sud. En mars dernier, des pirates informatiques qui s'étaient introduits frauduleusement dans le système informatique de la municipalité américaine d'Atlanta avaient eux aussi exigé d'être payés en bitcoins pour mettre fin à leur forfait.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ladeux le 25.05.2018 08:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    triste pour cet enfant mais heureusement tout ce passe bien. pour les voleurs et autres crabe du terrorisme, nos banques ont pas besoin de cryptomonaie ils en font tout autant!

  • jerem le 25.05.2018 08:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    112 000 francs? je crois qu'on est passé à l'euro depuis quelques temps non?

  • torolkozo le 24.05.2018 19:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un tragique fait divers à l'heure des cryptomonnaies de nantis et de terroristes hors de tout contrôle démocratique !!!

Les derniers commentaires

  • ladeux le 25.05.2018 08:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    triste pour cet enfant mais heureusement tout ce passe bien. pour les voleurs et autres crabe du terrorisme, nos banques ont pas besoin de cryptomonaie ils en font tout autant!

  • jerem le 25.05.2018 08:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    112 000 francs? je crois qu'on est passé à l'euro depuis quelques temps non?

  • torolkozo le 24.05.2018 19:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un tragique fait divers à l'heure des cryptomonnaies de nantis et de terroristes hors de tout contrôle démocratique !!!