Au Brésil

17 octobre 2016 08:26; Act: 17.10.2016 13:29 Print

Une rixe dans une prison fait au moins 25 morts

Au moins 25 détenus ont été tués dimanche au cours d'affrontements entre factions rivales dans une prison de l'État de Roraima, dans le nord du Brésil

storybild

Parmi les 25 détenus tués au cours de ces affrontements survenus au pénitencier agricole de Monte Cristo, sept ont été décapités et six autres brûlés vifs. (photo: AFP)

Une faute?

Parmi les détenus tués au cours de ces affrontements survenus au pénitencier agricole de Monte Cristo à Boa Vista, capitale de l’État de Roraima limitrophe avec le Venezuela, sept ont été décapités et six autres brûlés vifs, a déclaré au site d'information G1 un haut responsable des opérations spéciales de la police. La police a mis fin aux troubles, a-t-il dit. Un responsable de l’État de Roraima, Uziel Castro, a expliqué qu'environ cent parents de détenus avaient été pris comme otages lors de ces affrontements survenus dans l'après-midi, durant les horaires de visite des familles.

Les heurts sont intervenus lorsque des prisonniers d'un pavillon ont envahi une autre aile de cette prison de Boa Vista, distante de 3 400 kilomètres de Rio de Janeiro. Les mutins ont exigé la présence d'une juge d'un tribunal pénal, mais des membres des forces spéciales de la police sont entrés dans l'enceinte de la prison, ont libéré les otages, en majorité des mères de détenus, et maté la révolte en fin de journée. Les prisonniers étaient armés de couteaux et de morceaux de bois, a raconté à G1 l'épouse de l'un d'eux, qui se trouvait à l'intérieur de la prison quand la rixe meurtrière a débuté.

Une syndicaliste a mis en cause le mauvais état des établissements pénitentiaires. Ce qui s'est passé «reflète le désintérêt du gouvernement de l’État (de Roraima) pour ce sujet, car il n'y a pas d'équipements de sécurité, le personnel est en nombre insuffisant et les agents travaillent à la limite de leurs capacités», a déclaré au quotidien local Folha de Boa Vista la présidente du syndicat des personnels pénitentiaires du Roraima, Joana Moura.

(L'essentiel/AFP)