RDC

15 décembre 2019 17:43; Act: 15.12.2019 17:43 Print

Une vingtaine de civils tués à la machette à Beni

Les corps de 22 personnes ont été retrouvées dans l'est de République démocratique du Congo dimanche, après une attaque de l'ADF.

storybild

La région de Beni a été le théâtre d'une nouvelle attaque de civils dans la nuit de samedi à dimanche. (Image d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Vingt-deux corps de civils tués au cours d'une nouvelle attaque du groupe armé Forces démocratiques alliées (ADF) dans la nuit de samedi à dimanche ont été retrouvés dans la région de Beni dans l'est de la République démocratique du Congo, a annoncé dimanche l'administrateur du Territoire.

Bilan «encore provisoire»

«Cette nuit (samedi à dimanche), des ADF ont tué des civils à la machette à Ntombi, à l'ouest de Mayimoya (territoire de Beni). Présentement, on vient de retrouver 22 corps», a déclaré à l'AFP Donat Kibwana, administrateur du Territoire de Beni (Nord-Kivu). «La fouille continue. Les équipes se mobilisent pour récupérer les corps afin de les ramener à la cité pour des enterrements dignes», a-t-il ajouté.

«Nous avons identifié 13 femmes parmi les 22 victimes tuées atrocement par ces hors-la loi. les victimes étaient des agriculteurs. Ce bilan est encore provisoire», a déclaré à l'AFP Noella Katsongerwaki, présidente du réseau des organisations de la société civile de Beni-territoire. La veille, six civils avaient été tués dans une attaque contre la ville de Beni, agglomération de plus de 2000 000 habitants où l'armée a installé son état-major pour lutter contre les groupes armés, notamment les ADF.

Plusieurs centaines de victimes

A l'origine, les ADF étaient identifiés comme des rebelles musulmans ougandais installés en 1995 dans l'est de l'actuel Congo pour mener des attaques contre Kampala. Actuellement, ils ne mènent plus d'attaques contre l'Ouganda voisin et sont implantés parmi la population congolaise. Ils sont accusés d'avoir massacré plusieurs centaines de civils depuis octobre 2014 dans la région de Beni.

Depuis le lancement le 30 octobre des opérations militaires contre leurs fiefs, ils ont tué plus d'une centaine de civils, selon les autorités locales.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Loupiotte le 16.12.2019 11:30 Report dénoncer ce commentaire

    On peine à croire qu'on est au XXI siècle quand on voit ce qu'il se passe dans cette région... "L'enfer est vide. Tous les démons sont sur terre" (Dantes).

  • luis le 15.12.2019 20:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    génocide 2020 et onu nato et le reste tribunal international on parlé sens arrêt de 40 et maintenant on regarde les gens se faire décapiter quel monde

  • bibi le 16.12.2019 07:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça changera jamais

Les derniers commentaires

  • Loupiotte le 16.12.2019 11:30 Report dénoncer ce commentaire

    On peine à croire qu'on est au XXI siècle quand on voit ce qu'il se passe dans cette région... "L'enfer est vide. Tous les démons sont sur terre" (Dantes).

  • bibi le 16.12.2019 07:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça changera jamais

  • luis le 15.12.2019 20:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    génocide 2020 et onu nato et le reste tribunal international on parlé sens arrêt de 40 et maintenant on regarde les gens se faire décapiter quel monde