Cour suprême

02 décembre 2021 08:11; Act: 02.12.2021 12:32 Print

Vers une annulation de l'avortement aux USA?

La Cour suprême des États-Unis semble disposée à modifier le cadre légal qui, depuis près de cinquante ans, garantit le droit des Américaines à avorter.

storybild

Des activistes prochoix se préparent à avaler une pilule d’avortement lors d’une manifestation devant la Cour suprême à Washington, le 1er décembre 2021. (photo: Getty Images via AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Neuf juges de la Cour suprême des États-Unis, dont six conservateurs, ont examiné mercredi, pendant deux heures, une loi du Mississippi qui interdit d’avorter après quinze semaines de grossesse. Ils devront rendre leur décision d’ici à la fin de juin.

Bien que mesurée, cette loi viole le cadre fixé par la Cour suprême faute de loi fédérale. Dans son arrêt historique Roe v. Wade de 1973, elle a estimé que la Constitution américaine garantissait le droit des femmes à avorter. Il existe tant que le fœtus n’est pas «viable», soit vers 22 à 24 semaines de grossesse, a-t-elle précisé en 1992.

Les tribunaux fédéraux ont donc bloqué la loi du Mississippi avant qu’elle n’entre en vigueur dans cet État rural et religieux du Sud américain. Ses autorités ont alors adressé un recours à la Cour suprême qui, en l’acceptant, a indiqué qu’elle était prête à revoir sa copie.

Seuil

Lors de l’audience, certains magistrats conservateurs ont semblé vouloir corriger uniquement le seuil fixé pour avorter. «Une interdiction après 15 semaines ne me semble pas un changement énorme par rapport à la viabilité, c’est la règle adoptée par une majorité de pays», a noté le chef de la Cour, John Roberts.

Mais le Mississippi leur a demandé d’aller plus loin et de profiter de ce dossier pour annuler totalement ses précédentes décisions. «Elles n’ont pas de fondement dans la Constitution» et ont «maintenu la Cour pendant cinquante ans au cœur d’une bataille politique», a plaidé son représentant, Scott Stewart. Mettre un terme à Roe v. Wade permettra, comme avant 1973, à chaque État de décider d’autoriser ou non les avortements et de rendre «la décision au peuple», a-t-il ajouté.

«Survivre»

Plusieurs magistrats conservateurs se sont montrés sensibles à ses arguments. «La Cour a été obligée de choisir un camp dans un des débats de société les plus clivants en Amérique», a relevé le juge Brett Kavanaugh. Mais ne devrait-elle pas «être scrupuleusement neutre» et laisser cette décision aux élus?

Sa consœur Amy Coney Barrett, nommée comme lui par l’ancien président républicain Donald Trump, a pour sa part relevé qu’il était possible de confier un nouveau-né non désiré aux services d’adoption, disponibles dans tout le pays.

Les trois juges progressistes les ont mis en garde contre un tel revirement. Changer de position à cause «de pressions sociales ou politiques» ou après l’arrivée «de nouveaux membres», pourrait porter atteinte à la «légitimité» de la Cour, a notamment relevé le juge Stephen Breyer. «Si les gens pensent que tout est politique, comment la Cour pourrait-elle survivre?» a renchéri sa consœur Sonia Sotomayor, alors que la gauche américaine pousse déjà pour réformer l’influente institution après l’arrivée de trois juges choisis par Donald Trump.

Sans entrer dans le débat politique, l’avocate Julie Rinkelman a plaidé – au nom de l’unique clinique du Mississippi pratiquant des avortements – que valider la loi de cet État reviendrait à annuler Roe v. Wade, même sans le dire. «Sans le critère de viabilité, il n’y aura aucune limite et les États se précipiteront pour interdire l’avortement à tous les stades de la grossesse», a-t-elle estimé.

«Alarmant»

Le gouvernement de Joe Biden lui a apporté son soutien. «Près de la moitié des États sont prêts à interdire l’avortement à différentes étapes» et cela aura «des effets concrets rapides et graves» pour «la liberté des femmes», a plaidé sa représentante, Elizabeth Prelogar.

À l’issue de l’audience, le président démocrate a pour sa part fait savoir qu’il «continuait de soutenir» la décision Roe v. Wade, «la plus rationnelle» à ses yeux.

Manifestation

La puissante organisation Planned Parenthood, qui gère des cliniques pratiquant des IVG dans tout le pays, s’est, elle, dite très inquiète. «C’est alarmant qu’une majorité des juges semblent prêts à laisser des politiques contrôler nos corps», a déclaré sa présidente, Alexis McGill Johnson.

Reflétant l’ampleur des enjeux et les profondes divisions de la société américaine, des milliers de manifestants ont formé des groupes rivaux devant le temple du droit, à Washington, brandissant des slogans incompatibles: «L’avortement relève de la santé publique» ou «Avorter, c’est tuer».

Avant de rendre la décision dans ce dossier, la Cour suprême devrait se prononcer sur une loi du Texas qui, depuis le 1er septembre, interdit les avortements dès 6 semaines de grossesse. Lors de l’audience, elle avait semblé décidée à l’invalider pour des raisons de procédure.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Triste le 02.12.2021 08:28 Report dénoncer ce commentaire

    le retour au moyen-âge !

  • Sam1952 le 02.12.2021 11:54 Report dénoncer ce commentaire

    On préfère , laisser venir au monde , des enfants non désirés ,qui seront mal aimés , ballotés de famille , en institutions , rejetés par les parents , !!!!!….. tous des futurs malades malheureux ……..c’est quoi cette débilité , d’interdiction à l’avortement ???? Nous ne sommes plus au moyen âge ! …oui , oui à l’avortement !

  • henck le 02.12.2021 08:25 Report dénoncer ce commentaire

    retour au moyen age

Les derniers commentaires

  • réaliste.... le 02.12.2021 19:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Putain, quand on lit certains commentaires, ça fait peur.... Faut pas s'étonner du monde dans lequel on vit..... Pourquoi les femmes seraient toujours visées pour tout ? Et les mecs qui sautent sur tout ce qui bouge sans ce préoccuper des conséquences ? Faites vous un nœud à la B... et plus de soucis ou prenez des moyens de contraception.... ben oui ça existe !!! Et ne parlons pas des viols, incestes, contraception qui ne fonctionne pas etc etc

  • lulu le 02.12.2021 18:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vers un monde plus civilisé. ou respectera la vie des enfants

  • Pffff le 02.12.2021 15:00 Report dénoncer ce commentaire

    Et on les prend en modèle....

  • The Finn le 02.12.2021 14:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moyen-âge ??? Est-ce ça vous dit quelque chose le sens des responsabilités ??? Tu couches à gauche et à droite, tu assumes ! Hormis le viol ou en cas de danger mortel pour la mère, l'avortement devrait être interdit.

  • borko le 02.12.2021 13:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @une info de plus: un fœtus de 20 mois? ça s'appelle en enfant d'un an.