Cuba

25 mars 2019 09:57; Act: 25.03.2019 12:37 Print

Voyage inédit du prince Charles à La Havane

C'est la première fois de l'histoire que des membres de la famille royale britannique se rendent sur l'île communiste.

storybild

Le prince Charles, avec son épouse Camilla, est arrivé dimanche, à Cuba.

Sur ce sujet
Une faute?

Le prince Charles et son épouse Camilla ont entamé, dimanche, à Cuba, la toute première visite officielle d'un membre de la famille royale britannique sur l'île communiste. Ce voyage s'inscrit dans le cadre d'une tournée dans les Caraïbes. À leur arrivée à l'aéroport international de La Havane à 17h (22h au Luxembourg), le couple a été accueilli par la vice-ministre des affaires étrangères cubaines, Ana Teresita Gonzalez. Le prince Charles a ensuite déposé une gerbe de fleurs devant le monument érigé en mémoire de José Marti, le héros national cubain, sur la place de la Révolution.

Le couple doit rester dans la capitale cubaine jusqu'à mercredi, avant de prendre la direction des îles Caïmans, un territoire britannique. Charles et Camilla seront lundi les invités d'honneur d'un dîner officiel, offert par le président Miguel Diaz-Canel, qui a succédé en avril 2018 à Raúl Castro. Aucune entrevue n'est prévue avec ce dernier, premier secrétaire du parti communiste de Cuba.

«Liens culturels»

Parmi les visites prévues lors de ce séjour, le prince Charles se rendra mardi à une centrale solaire financée notamment avec des fonds britanniques, qui doit entrer en service en décembre et devenir la plus grande des Caraïbes. Il assistera également à un ballet dans le grand théâtre de La Havane, Alicia Alonso, et visitera le centre d'immunologie moléculaire, un des fleurons de la biotechnologie de l'île. En annonçant le voyage, Clarence House, résidence officielle du prince Charles, avait indiqué que cette escale sur l'île socialiste, «à la demande du gouvernement britannique», devait permettre de «mettre en valeur les relations bilatérales grandissantes» et leurs «liens culturels».

La Havane, soumise à un embargo américain depuis 1962, a besoin de partenaires étrangers alors que Washington menace d'appliquer dès mi-avril le chapitre III de la loi Helms-Burton de 1996. Ce chapitre permettrait théoriquement, notamment aux exilés cubains, de poursuivre devant les tribunaux fédéraux américains les entreprises ayant réalisé des gains grâce à des sociétés nationalisées après la révolution.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.