Ouïghours/Chine

20 janvier 2021 07:49; Act: 20.01.2021 11:04 Print

Washington accuse Pékin de commettre un «génocide»

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, tout comme son successeur, estiment que la Chine se rend coupable de génocide contre les musulmans ouïghours.

storybild

Image d’archives de Mike Pompeo. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les États-Unis considèrent désormais que la Chine «commet un génocide» contre les musulmans ouïghours, dans la région du Xinjiang, a déclaré mardi le secrétaire d’État américain sortant, Mike Pompeo, à la veille de l’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche.

«Je pense que ce génocide est encore en cours et que nous assistons à une tentative systématique de détruire les Ouïghours de la part du parti-État chinois», a-t-il ajouté, dans un communiqué. Il a aussi évoqué des «crimes contre l’humanité» menés «depuis au moins mars 2017» par les autorités chinoises contre les Ouïghours et «d’autres membres de minorités ethniques et religieuses au Xinjiang». Cette décision, à l’issue d’un processus juridique interne au département d’État, ouvre la voie à de nouvelles sanctions.

Le président élu Biden avait lui estimé avant son élection, selon un communiqué de son équipe de campagne publié en août, que la répression contre cette minorité musulmane constituait un «génocide perpétré par le gouvernement autoritaire de la Chine». Son futur secrétaire d’État Antony Blinken a confirmé mardi partager l’accusation de «génocide».

Camps de rééducation

«Les États-Unis appellent la République populaire de Chine à libérer immédiatement toutes les personnes détenues arbitrairement et à mettre fin à son système de camps d’internement et de détention, de résidences surveillées et de travail forcé», a martelé Mike Pompeo.

Selon des experts étrangers, plus d’un million d’Ouïghours sont en détention dans des camps de rééducation politique. Pékin dément et affirme qu’il s’agit de centres de formation professionnelle destinés à les éloigner du terrorisme et du séparatisme, après des attentats attribués à des Ouïghours.

Depuis deux ans, l’administration de Donald Trump accusait la Chine de mener une campagne de répression brutale dans cette région du nord-ouest du pays. Mike Pompeo avait estimé en mars 2020 qu’il s’agissait de «la pire tache de ce siècle» et avait déjà annoncé plusieurs salves de sanctions contre des responsables chinois.

Les accusations concernant le Xinjiang ont d’ailleurs alimenté la confrontation de plus en plus dure aux allures de nouvelle guerre froide entre les deux premières puissances de la planète, menée côté américain par le faucon Pompeo.

Appel à la communauté internationale

Washington a aussi exhorté mardi la communauté internationale «à se joindre aux États-Unis» dans leur effort «pour que les responsables de ces atrocités rendent des comptes». «Si le Parti communiste chinois est autorisé à commettre un génocide et des crimes contre l’humanité contre son propre peuple, on ne peut qu’imaginer ce qu’il aura le courage de faire au monde libre dans un avenir pas si lointain», a mis en garde celui qui vit ses dernières 24 heures en tant que chef de la diplomatie américaine, et qui a déjà plusieurs fois résumé le bras de fer avec la Chine comme un combat des démocraties contre la «tyrannie».

L’annonce de mardi constitue donc un dernier affichage, in extremis, de sa fermeté à l’égard de Pékin, au moment où les membres du futur gouvernement de Joe Biden, parfois soupçonné par les républicains d’être trop «faible», rivalisent aussi de déclarations pour prouver qu’ils tiendront tête au géant asiatique.

«Nous pouvons remporter la compétition avec la Chine», a ainsi assuré mardi le prochain secrétaire d’État Antony Blinken, au Sénat. «Nous devons nous attaquer aux pratiques abusives, injustes et illégales de la Chine» en matière commerciale, a renchéri la future secrétaire au Trésor, Janet Yellen, reprenant des accusations portées par l’administration Trump.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Schtroumpf Grognon le 20.01.2021 11:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qu'ils viennent ici au Luxembourg. Asselborn et compagnie les acceuilleront les bras ouverts...

  • Pierre le 20.01.2021 11:43 Report dénoncer ce commentaire

    Et Trump qui gracie ses copains de poursuites pour corruption, qui fuit incapable d'accepter sa défaite tout comme de prouver ses accusations de fraude, c'est mieux ?

  • réaliste le 20.01.2021 15:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils veulent quoi les ricains déstabiliser la Chine, la Chine est une grande fille bien mûre qui infantes des choses inimaginables et grandioses, si les musulmans veulent faire la loi comme chez nous c est mal partie.

Les derniers commentaires

  • niouininon le 20.01.2021 17:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et qu'est-ce qui vous dit qu'ils veulent partir ? ça se trouve ils aiment leurs terre leur région et veulent juste vivre en paix là-bas. Souvent ceux qui partent n'ont d'autres choix. Mais qui ne chercherait pas à mettre sa famille a l'abris ?

  • réaliste le 20.01.2021 15:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils veulent quoi les ricains déstabiliser la Chine, la Chine est une grande fille bien mûre qui infantes des choses inimaginables et grandioses, si les musulmans veulent faire la loi comme chez nous c est mal partie.

  • Ngolo le 20.01.2021 15:29 Report dénoncer ce commentaire

    Grattez un peu le vernis d'information et vous comprendrez que le génocides des ouïghours ressemble fortement au génocide des enfants dans les couveuses des hôpitaux au Koweït qu'aurait causé l'armée irakienne et qui "justifia" la première guerre d'Irak. Les américains sont toujours à la recherche d'un Golfe du Tonkin.

  • Le Catalan le 20.01.2021 14:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Fjoltolf: "L'Amérique assume ses trucs". Merci, ça m'a beaucoup fait rire, on n'a pas beaucoup de moment pour se divertir depuis un an.

  • J'aime pas les politiciens véreux... le 20.01.2021 12:31 Report dénoncer ce commentaire

    Lancer cela à la fin du mandat de son Maître est un peu tard. Lâche!