Afghanistan

25 juillet 2019 22:01; Act: 25.07.2019 22:04 Print

Washington et Kaboul veulent la fin de la guerre

Mike Pompeo et le président afghan se sont expliqués après la polémique suscitée par les propos de Donald Trump. Pendant ce temps trois attentats ont eu lieu à Kaboul.

storybild

Mike Pompeo, chef de la diplomatie américaine.

Sur ce sujet
Une faute?

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo et le président afghan Ashraf Ghani sont tombés d'accord pour «accélérer les efforts» afin de parvenir à un accord mettant fin à la guerre en Afghanistan, selon un communiqué commun publié jeudi. Les deux hommes se sont entretenus mercredi au téléphone, après une polémique sur des propos du président des États-Unis Donald Trump qui avait dit qu'il pourrait aisément «gagner la guerre» mais qu'il ne voulait pas «tuer dix millions de personnes». Son homologue afghan avait réclamé des «éclaircissements» à Washington.

Selon le communiqué, diffusé par le département d'État, Mike Pompeo a «assuré au président Ghani que la stratégie du président Trump n'avait pas changé», notamment au sujet de «l'engagement américain d'un retrait conditionnel» de ses troupes d'Afghanistan. Les deux hommes «sont convenus qu'il était temps d'accélérer les efforts pour parvenir à une fin négociée de la guerre en Afghanistan», selon ce texte.

Attentats à Kaboul

Dans le même temps, trois attentats ont fait au moins dix morts jeudi à Kaboul. La branche afghane du groupe État islamique a revendiqué les deux premiers attentats, tandis que les talibans ont revendiqué le troisième, selon eux l'œuvre d'un de leurs kamikazes qui s'est fait sauter contre un convoi de forces étrangères, d'après leur porte-parole Zabihullah Mujahid.

Responsables américains et afghans de la sécurité blâment toutefois les talibans pour ces trois attaques, qui ont également fait plus de 40 blessés. La violence s'est intensifiée ces dernières semaines en Afghanistan, alors que se profile l'élection présidentielle, prévue le 28 septembre. La campagne électorale doit officiellement démarrer dimanche.

(L'essentiel/afp)