Malgré la volonté de Trump

14 novembre 2019 07:11; Act: 14.11.2019 09:55 Print

Washington gardera 600 soldats en Syrie

Les États-Unis maintiendront finalement quelque 600 militaires en Syrie, malgré la volonté affichée par le président Donald Trump de cesser les «guerres sans fin».

storybild

Des soldats américains dans le village de Fatisah, dans le nord de la Syrie, le 25 mai 2016. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les États-Unis maintiendront finalement quelque 600 militaires en Syrie, malgré la volonté affichée par le président Donald Trump de cesser les «guerres sans fin», selon le chef du Pentagone, Mark Esper. «Nous sommes encore en train de retirer les troupes du nord-est de la Syrie», a déclaré le ministre américain de la Défense, dans l'avion l'acheminant à Séoul, où il entame jeudi une tournée en Asie. «Nous y aurons finalement entre 500 et 600 soldats», a-t-il ajouté.

Alors qu'on lui demandait si ce nombre comprenait les quelque 200 soldats déployés sur la garnison d'Al-Tanf (sud), à la frontière avec la Jordanie, M. Esper a expliqué qu'il ne parlait que du nord-est de la Syrie, où M. Trump a désormais chargé le Pentagone de sécuriser les champs de pétrole. «Dans tout le pays, ça fait à peu près 600», a-t-il conclu. Un responsable militaire américain avait indiqué la semaine dernière à l'AFP que le nombre de soldats américains déployés en Syrie restait à peu près stable, à un peu moins d'un millier, ajoutant que le retrait du nord se poursuivait.

Les chiffres pourraient encore changer

M. Esper a souligné que les chiffres pourraient encore changer, notamment si des alliés européens renforçaient leurs effectifs dans le pays. «Les choses changent. Les événements sur le terrain changent. Nous pourrions par exemple voir des partenaires et alliés européens nous rejoindre», a-t-il noté. «S'ils nous rejoignent sur le terrain, ça pourrait nous permettre de redéployer davantage de forces américaines là-bas».

Le président Donald Trump a annoncé le 6 octobre le retrait des 1 000 soldats américains déployés dans le nord-est de la Syrie, ouvrant la voie à une offensive militaire turque visant les forces kurdes, alliées de la Coalition internationale dans la lutte contre les jihadistes du groupe État islamique. Fortement critiqué, y compris dans son propre camp, il a ensuite ordonné aux forces américaines de «protéger le pétrole».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • SandMan le 14.11.2019 07:38 Report dénoncer ce commentaire

    Le pétrole Syrien appartient au gouvernement syrien et aux syriens!

  • Sacré Trump le 14.11.2019 07:50 Report dénoncer ce commentaire

    "M. Esper a souligné que les chiffres pourraient encore changer, notamment si des alliés européens renforçaient leurs effectifs dans le pays." Ben oui mtn on compte sur les alliés européens, puisqu'il as laisser tomber les alliés les plus précieux sur place (Les braves Kurdes)

Les derniers commentaires

  • Sacré Trump le 14.11.2019 07:50 Report dénoncer ce commentaire

    "M. Esper a souligné que les chiffres pourraient encore changer, notamment si des alliés européens renforçaient leurs effectifs dans le pays." Ben oui mtn on compte sur les alliés européens, puisqu'il as laisser tomber les alliés les plus précieux sur place (Les braves Kurdes)

  • SandMan le 14.11.2019 07:38 Report dénoncer ce commentaire

    Le pétrole Syrien appartient au gouvernement syrien et aux syriens!