Au Japon

14 septembre 2020 09:37; Act: 14.09.2020 12:32 Print

Yoshihide Suga bientôt Premier ministre

Yoshihide Suga, 71 ans, a remporté lundi, à une immense majorité, l'élection interne du Parti libéral-démocrate (PLD), au pouvoir au Japon, pour succéder à Shinzo Abe.

storybild

Très proche de Shinzo Abe, Yoshihide Suga devrait lui succéder au poste de Premier ministre. (photo: AFP/Eugene Hoshiko)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Parti libéral-démocrate (PLD), au pouvoir au Japon, a élu lundi à une écrasante majorité Yoshihide Suga pour devenir son nouveau chef, et de facto le prochain Premier ministre du pays, en remplacement de Shinzo Abe, démissionnaire pour raisons de santé. M. Suga a obtenu 377 voix, contre 89 pour Fumio Kishida et 68 pour Shigeru Ishiba, ses deux concurrents, a annoncé le PLD.

Un vote du Parlement mercredi pour désigner le nouveau Premier ministre apparaît comme une formalité, étant donné le poids de la coalition formée par le PLD et son allié, le parti Komeito. Avant même qu'il n'entre officiellement dans la course, M. Suga, 71 ans avait obtenu le soutien de factions clés du parti au pouvoir, sa candidature étant considérée comme synonyme de stabilité et de poursuite de la politique de M. Abe.

Populaire dans l'opinion publique

Invoquant l'urgence de la situation, le PLD avait opté pour un scrutin réduit, limité à 535 électeurs: les 394 parlementaires du parti et 141 de ses représentants dans les 47 régions du pays. Au total, 534 suffrages se sont exprimés. Ce mode de scrutin avait donné un avantage décisif à M. Suga face à ses deux rivaux.

Shigeru Ishiba est notamment populaire dans l'opinion publique japonaise, mais il est mal vu par certains membres du PLD, qui ne lui pardonnent pas d'avoir quitté un temps le parti dans les années 1990 et de critiquer ouvertement le bilan de M. Abe.

Vastes défis

Le prochain chef du gouvernement devra relever une série de défis particulièrement difficiles et complexes. Le Japon était déjà en récession avant la pandémie de coronavirus et de nombreux acquis de la politique économique du Premier ministre sortant, appelée «Abenomics», sont maintenant en danger. M. Suga a déclaré que la relance de l'économie serait une priorité absolue, tout comme l'endiguement du virus, essentiel aussi pour la tenue des Jeux olympiques de Tokyo 2020, reportés à l'année prochaine.

Les enjeux diplomatiques sont également importants, notamment la préservation de l'alliance avec Washington et l'attitude à adopter face à la Chine, alors que l'opinion mondiale s'est durcie contre Pékin après la propagation du coronavirus et les troubles politiques à Hong Kong. «C'est une période difficile pour le Japon, car les États-Unis font pression sur la Chine», a relevé Makoto Iokibe, professeur d'histoire politique et diplomatique à l'université de Hyogo (ouest). «Le Japon n'a pas intérêt à suivre simplement la voie empruntée par Washington et à augmenter les tensions avec la Chine», a-t-il expliqué.

Législatives anticipées?

On ne sait pas encore si M. Suga décidera de convoquer des élections législatives de manière anticipée, pour consolider sa position et éviter d'être considéré comme un Premier ministre intérimaire avant un nouveau scrutin dans un an, quand le mandat de M. Abe aurait pris fin théoriquement. Plusieurs hauts responsables gouvernementaux ont évoqué la possibilité de législatives anticipées, peut-être dès octobre, mais M. Suga est resté circonspect jusqu'ici.

Une grande partie de l'opposition japonaise, qui est fragmentée, s'est regroupée la semaine dernière au sein d'un nouveau bloc, en signe de défi au PLD qui a été au pouvoir pendant la quasi-totalité des six dernières décennies. Le PLD resterait favori en cas de nouvelles élections, même si Yoshihide Suga n'apparaît pas très charismatique. «M. Suga est capable de mettre en place des politiques en contrôlant les bureaucrates, mais il a du mal à gagner les cœurs», a souligné M. Iokibe.

(L'essentiel/AFP)