Aux Philippines

10 novembre 2017 08:25; Act: 10.11.2017 10:03 Print

À 16 ans, Duterte aurait poignardé quelqu'un à mort

Entre deux tirades enflammées, le président a avoué lors d'une allocution qu'il avait tué pour un simple regard durant sa jeunesse.

storybild

Le président philippin reste très populaire dans l'archipel.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Le président philippin Rodrigo Duterte a déclaré avoir poignardé quelqu'un à mort quand il était encore adolescent, dans un discours incendiaire pour défendre sa guerre contre la drogue en amont d'un sommet de dirigeants internationaux à Manille.

Dans ses déclarations devant la communauté philippine de la ville vietnamienne de Danang ce jeudi soir, M. Duterte a également menacé de «gifler» Agnès Callamard, rapporteure spéciale de l'Onu sur les exécutions sommaires ou arbitraires. Il a qualifié de «fils de pute» ceux qui critiquent sa campagne de répression du trafic de drogue.

Eradiquer le trafic de drogue

«Quand j'étais adolescent, je rentrais et je sortais de prison. J'étais dans des bastons ici, des bastons là», a lancé le président philippin. Il se trouve à Danang à l'occasion du sommet annuel du forum de l'Asie-Pacifique auquel sont attendus en particulier les présidents américains Donald Trump et chinois Xi Jinping.

«A 16 ans, j'avais déjà tué quelqu'un. Une vraie personne, une baston, des coups de couteau. J'avais seulement 16 ans. C'était pour un simple regard. Combien de plus maintenant que je suis président?»

M. Duterte, 72 ans, a été élu en 2016 après avoir promis d'éradiquer le trafic de drogue en faisant abattre jusqu'à 100 000 trafiquants et toxicomanes présumés. Depuis son arrivée au pouvoir voici 16 mois, la police a annoncé avoir abattu 3967 personnes. Des inconnus ont tué 2290 suspects dans des affaires de drogue. Des milliers d'autres personnes ont été abattues dans des circonstances non élucidées, selon les chiffres de la police.

Le président reste très populaire dans l'archipel. Les Philippins estiment que la sécurité s'est améliorée sous sa présidence. Mais ses opposants l'accusent d'orchestrer des meurtres extrajudiciaires en masse, perpétrés par des policiers corrompus et des miliciens. M. Duterte dément.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Happy @ home le 10.11.2017 10:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ...lorsque les beaux discours ne suffisent plus, il faut combattre le feu par le feu.

Les derniers commentaires

  • Happy @ home le 10.11.2017 10:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ...lorsque les beaux discours ne suffisent plus, il faut combattre le feu par le feu.