GRANDE-BRETAGNE

17 février 2011 16:42; Act: 17.02.2011 17:05 Print

À la préhistoire, on buvait dans des crânes

Des hommes préhistoriques vivant en Angleterre utilisaient comme coupe à boire, probablement lors de rites mystérieux, des crânes humains qu'ils avaient auparavant évidés et sculptés, ont révélé jeudi des scientifiques à Londres.

  • par e-mail

Trois crânes taillés, vieux de 14700 ans et appartenant à deux adultes et un enfant de trois ans, ont été découverts dans une grotte du sud-ouest de l'Angleterre, dans la région du Somerset, a annoncé le Musée d'histoire naturelle de Londres. «Les entailles (sur les crânes) montrent que les têtes étaient méticuleusement nettoyées peu de temps après la mort. Les crânes étaient ensuite modifiés en enlevant les os du visage et la base du crâne», a expliqué Silvia Bello, spécialiste en fossiles humains au musée. Ils étaient «scrupuleusement sculptés en forme de bol (...). C'était un travail minutieux si on considère les outils» dont disposaient les êtres humains à cette époque, a-t-elle ajouté dans un communiqué.

«On soupçonnait que les premiers hommes avaient une grande aptitude à manipuler des corps humains une fois qu'ils étaient morts, mais notre recherche révèle à quel point ils étaient aussi de grands anatomistes», a-t-elle estimé. Compte tenu de l'attention portée à préserver au mieux la boîte crânienne, il est probable que ces bols étaient destinés à un rite symbolique, et qu'ils n'avaient pas simplement vocation à être utiles, a avancé Mme Bello. Les chercheurs affirment disposer d'éléments prouvant que les hommes qui ont sculpté ces crânes mangeaient la moelle humaine, mais le cannibalisme ne semblait pas la principale raison de vider ces têtes.

On savait déjà que des boîtes crâniennes avaient été utilisées comme récipients dans d'autres régions du monde, notamment chez les Vikings en Scandinavie, mais les exemplaires de ces crânes sont extrêmement rares, affirment les chercheurs dans leur étude parue dans le journal PLoS One. Les crânes sculptés du Somerset sont en outre les premiers trouvés en Grande-Bretagne et les plus vieux exemples jamais découverts dans le monde, selon la même source.

(L'essentiel Online/AFP)