En Arabie Saoudite

30 novembre 2017 22:59; Act: 30.11.2017 23:36 Print

Un missile balistique tiré depuis le Yémen

L'Arabie saoudite a intercepté et détruit jeudi un missile balistique tiré à partir du Yémen sur la ville méridionale de Khamis Mushait, selon un média d'État.

storybild

Les rebelles houthis du Yémen ont affirmé avoir tiré un missile qui a "touché une cible militaire" en Arabie saoudite, selon la chaîne de télévision Al-Massira contrôlée par les rebelles.

  • par e-mail
Sur ce sujet

L'Arabie saoudite a intercepté et détruit jeudi un missile balistique tiré à partir du Yémen sur la ville méridionale de Khamis Mushait, a annoncé un média d'Etat saoudien. «Le missile a été détruit et il n'y a eu aucune victime», a écrit l'agence de presse Saudi Press Agency, citant le porte-parole de la coalition militaire arabe engagée dans le conflit yéménite et dirigée par Ryad, Turki al-Maliki.

De leur côté, les rebelles houthis du Yémen ont affirmé avoir tiré un missile qui a «touché une cible militaire» en Arabie saoudite, selon la chaîne de télévision Al-Massira contrôlée par les rebelles. Plus tôt dans la journée, le chef rebelle Abdelmalek Al-Houthi avait menacé de représailles en cas de maintien du blocus imposé à son pays.

Blocus allégé

«Nous mettons en garde les forces de l'agression contre la poursuite du blocus», avait-il dit, dans une claire allusion à la coalition menée par Ryad. «Si le blocus se poursuit, nous savons très bien (quelles cibles) causeront une grande souffrance et comment les viser», avait-il ajouté dans un discours retransmis par la chaîne Al-Massira.

L'Arabie saoudite a renforcé son blocus autour du Yémen après le tir par les Houthis d'un missile balistique qui avait été intercepté le 4 novembre au-dessus de l'aéroport de Ryad. Le blocus a été allégé la semaine dernière à la suite de fortes pressions internationales sur le royaume saoudien mais l'ONU a estimé lundi que la coalition devait aller plus loin.

Plus de 8 700 morts

La guerre au Yémen oppose des forces progouvernementales, appuyées par la coalition sous commandement saoudien, aux Houthis qui se sont emparés en septembre 2014 de la capitale Sanaa et de vastes régions du pays avec l'aide des partisans de l'ex-président Ali Abdallah Saleh.

Le conflit au Yémen a fait plus de 8.750 morts dont de nombreux civils et provoqué «la pire crise humanitaire de la planète», selon les Nations unies, dans ce pays déjà considéré comme le plus pauvre de la péninsule arabique. En outre plus de 2.000 personnes sont mortes de choléra.

(L'essentiel/ AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.