Fuite de données privées

29 avril 2013 12:30; Act: 29.04.2013 14:00 Print

Le «SNCB Gate» devant la justice

Près de cinq mois après les révélations des fuites de données privées de quelque 700 000 clients de la société de chemin de fer belge, le dossier a été transmis ce lundi au parquet, selon les médias.

storybild

Parmi le fichier publié par la SNCB se trouvent les données privées de quelque 3 700 résidents luxembourgeois.

Sur ce sujet
Une faute?

Alors que la SNCB avait décidé, en janvier dernier, de ne pas sanctionner l'auteur de l'erreur qui avait abouti à la mise en ligne de données privées de clients, la justice belge pourrait en décider autrement. Selon les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad, la Commission de la protection de la vie privée a transmis ce lundi ce dossier au parquet. Une démarche unique pour ce genre de dossier.

«D'aussi loin que je me souvienne, c'est la première fois que nous remettons à la justice un dossier de "data breach" (NDLR: violation de données à caractère personnel)», précise Willem Debeuckelaere, président de la Commission, cité par l'agence Belga. Une première justifiée par l'autorité de contrôle belge non seulement par le non-respect de la législation sur la vie privée, mais également par le fait que le fichier mis en ligne enfreignait la loi sur le traitement loyal et licite des données personnelles.

«Tous ceux qui élaborent une base de données, doivent d'après la loi s'assurer d'un "niveau de sécurité approprié". Celle-ci doit aussi être proportionnelle à la nature des données et aux risques potentiels», précise le président de la Commission. Parmi les quelque 700 000 clients de la SNCB touchés par cette fuite de données, 3 705 résidents du Luxembourg ont été concernés. Parmi eux, la princesse Alexandra, fille du Grand-Duc Henri, l'eurodéputé Frank Engel ou bien encore des membres du ministère des Affaires étrangères du Grand-Duché. Pour ce que la SNCB avait qualifié «d'erreur humaine», la société de chemin de fer belge encourt des amendes.

(Jmh/L'essentiel Online)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).