Au Nigeria

19 novembre 2019 11:15; Act: 19.11.2019 11:38 Print

14 tués et 10 blessés par des voleurs de bétail

Quatorze personnes ont été tuées par des voleurs de bétail dans une attaque de représailles, dans le nord-ouest du pays, en proie à une criminalité grandissante.

storybild

Les habitants ont créé des groupes d'autodéfense locaux pour lutter contre les gangs. (photo: AFP/Pius Utomi Ekpei/Illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Des assaillants à moto ont fait irruption dans un village isolé de l’État de Zamfara, dans la nuit de dimanche à lundi, tuant des habitants et incendiant des maisons. «Quatorze personnes ont été tuées et dix ont été blessées par balle», a déclaré le porte-parole de la police de Zamfara, Mohammed Shehu, dans un communiqué.

Il a assuré que l'attaque avait été menée en «représailles» après le meurtre de neuf bandits présumés miliciens locaux dans un village voisin, le 3 novembre. L'arrestation de 11 miliciens en lien avec ces exécutions extrajudiciaires n'a pas apaisé les bandits venus pour se venger, a-t-il précisé. Depuis plusieurs années, les communautés rurales de Zamfara sont assiégées par des bandes de voleurs de bétail qui effectuent des raids meurtriers pour tuer, piller et brûler des maisons.

Groupes d'autodéfense créés

Les «bandits» vivent dans des camps éparpillés dans la forêt de Rugu, à cheval entre les États de Zamfara, Katsina, Kaduna et Niger, à partir desquels ils lancent des attaques contre des communautés villageoises, pillant et kidnappant contre rançon. Face à l'impuissance des forces de l'ordre à les protéger, les habitants ont créé des groupes d'autodéfense locaux pour lutter contre les gangs. Mais les miliciens sont également accusés d’assassinats extrajudiciaires et d'autres exactions.

En juillet, les autorités de Zamfara ont conclu un accord de paix avec plusieurs gangs pour rétablir l'ordre, promettant une amnistie à ceux qui rendent leurs armes. Cet accord a mis fin aux attaques dans l'État de Zamfara et poussé les autorités de l'État voisin de Katsina à entamer des pourparlers de paix similaires avec les bandits.

Cependant, des opérations sporadiques de l'armée et de miliciens incitent les gangs criminels à réagir et à se faire justice eux-mêmes. Le mois dernier, des bandits ont tué neuf soldats qui avaient éliminé plusieurs des leurs dans le district d'Anka, à Zamafara.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.