L'auteur emprisonné

18 janvier 2014 16:40; Act: 18.01.2014 16:50 Print

Une caricature sur Facebook qui coûte cher

La justice grecque a condamné à dix mois de prison avec sursis un homme de 28 ans, pour «insulte à la religion» pour avoir caricaturé sur Facebook un moine orthodoxe.

storybild

La caricature publiée sur le réseau social. (Photo: dr)

Une faute?

Arrêté en septembre 2012 par l'unité de la police chargée de la lutte contre la cybercriminalité, un grec avait été inculpé pour «blasphème et insulte» sur Facebook vis-à-vis d'un guide spirituel orthodoxe appelé «starets Paisios». Sur la page incriminée, l'auteur évoquait le «starets Pastitsios», un jeu de mots faisant allusion au «pastitsio», plat grec populaire ressemblant un peu à des lasagnes, à base de pâtes et de boeuf. Il a été condamné à dix mois de prison avec sursis.

Une semaine avant l'arrestation du créateur de cette page, le parti néonazi Aube Dorée avait présenté une plainte au parlement à ce sujet. «Ce jugement montre que la liberté de parole, base d'un État démocratique, est contestée non seulement par les ennemis de la démocratie mais aussi par ceux qui sont censés la protéger», a indiqué un communiqué de la section grecque de la Ligue des droits de l'Homme.

La Ligue rappelle que la police s'était mobilisée contre le créateur de la page Facebook incriminée après une intervention au parlement du numéro deux d'Aube dorée, placé en octobre en détention provisoire pour «participation à une organisation criminelle», comme cinq autres députés de ce parti. La Ligue déplore «une régression» des libertés et une justice de «la théocratie». Quelque 90% des Grecs sont baptisés au sein de l'Église orthodoxe, non séparée de l’État.

(L'essentiel/ afp)