GUERRE EN SYRIE

21 août 2012 12:18; Act: 21.08.2012 12:38 Print

Obama met le régime syrien sous pression

Le président américain a évoqué mardi une possible intervention militaire en Syrie en cas de déplacement ou d'utilisation d'armes chimiques dans ce pays.

  • par e-mail

Washington a par ailleurs répété lundi que le président Bachar al-Assad devait quitter le pouvoir, à la suite de propos ambigus et controversés du nouveau médiateur des Nations unies et de la ligue arabe pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, sur ce sujet. «Jusqu'ici, je n'ai pas donné l'ordre d'intervenir militairement» en Syrie, a déclaré le président Barack Obama dans une conférence de presse. Mais «si nous commencions à voir des quantités d'armes chimiques déplacées ou utilisées, cela changerait mon calcul et mon équation», a-t-il ajouté.

À Paris, le président français François Hollande a répété que toute solution politique en Syrie passait par le départ de Bachar al-Assad du pouvoir lors d'un entretien avec le nouveau médiateur international Lakhdar Brahimi, qui avait, lui, déclaré la veille ne pouvoir encore prendre position sur ce sujet. «Ce qu'il faut, c'est arrêter la guerre civile et ça ne va pas être simple», avait souligné sur France 24 le successeur désigné de Kofi Annan. La porte-parole du département d’État, Victoria Nuland, est allée dans le même sens: «Nous ne croyons pas à la paix en Syrie avant qu'Assad ne parte et la fin de de l'effusion de sang. Nous serons très clair avec l'envoyé spécial Brahimi là-dessus», a-t-elle ajouté.

Plus de 23 000 morts depuis le début du conflit

«Ce qui se passe sur le terrain, ce sont des crimes terroristes qui visent le peuple syrien et qui sont perpétrés par des salafistes armés soutenus par des pays connus», a rétorqué le ministère syrien des Affaires étrangères en récusant le terme de guerre civile. Damas accuse régulièrement l'Arabie saoudite et le Qatar d'armer les rebelles. Sur le terrain, la fête musulmane du Fitr, qui célèbre la fin du jeûne du ramadan, était endeuillée par des combats meurtriers à Alep (355 km au nord de Damas), mais aussi dans la capitale. Le président syrien y avait effectué la veille une rare apparition publique dans une mosquée.

Au moins 131 personnes, dont 57 civils, 37 soldats et 37 rebelles ont été tuées lundi, selon un bilan provisoire de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) qui rapporte plus de 23 000 morts depuis le début de la révolte en mars 2011. Une journaliste japonaise a été tuée lundi en couvrant les affrontements dans la ville syrienne d'Alep, où deux reporters arabes et un troisième turc étaient portés disparus, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). La mort de la journaliste, Mika Yamamoto, 45 ans, qui travaillait pour une petite agence de presse nippone, Japan Press, a été confirmée mardi matin par le ministère japonais des Affaires étrangères.

Situation humanitaire «catastrophique»

L'OSDH a par ailleurs indiqué que trois autres journalistes étaient portés disparus: une Libanaise, un journaliste arabe de nationalité non précisée travaillant pour un média américain et un Turc. Un mois jour pour jour après le début de la bataille d'Alep, les rebelles ont porté lundi les combats dans le centre-ville en affrontant l'armée près du tribunal militaire et du parti Baas, selon l'OSDH. Un commandant de l'Armée syrienne libre (ASL, formée de déserteurs et de civils armés) a affirmé que les rebelles avaient «pénétré et pris contrôle» de secteurs centraux d'al-Tilal, Al Maadi et Jdaidé, près du quartier historique.

À Damas, des affrontements ont éclaté dans plusieurs quartiers de l'est et du sud, notamment Jobar (est) et Tadamoun (sud), selon l'OSDH. Les autorités avaient annoncé il y a plus d'un mois avoir repris le contrôle de Damas avant d'être démenties sur le terrain. Dans le sud, Herak, où sont retranchés des insurgés, se trouve dans une situation humanitaire «catastrophique» faute de pouvoir se ravitailler en vivres et médicaments, a affirmé le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition.

L'agence officielle Sana a par ailleurs démenti que le chef de la diplomatie Walid Mouallem ait annoncé sur Twitter avoir remplacé le vice-président Farouk al-Chareh, personnalité sunnite la plus en vue du régime dont la défection annoncée samedi par des télévisions arabes avait été aussitôt réfutée à Damas. Le sort de M. Chareh suscite cependant des interrogations alors qu'il n'a pas été vu en public depuis un mois.

(L'essentiel Online/AFP)