Carnet noir

21 août 2012 13:13; Act: 21.08.2012 15:38 Print

L'ex ministre belge Guy Spitaels est mort

L'ex-président du Parti socialiste belge francophone (PS) et ancien chef du gouvernement régional wallon, est décédé, mardi, à quelques jours de son 81e anniversaire.

storybild

Guy Spitaels a dirigé le PS belge durant 11 ans. (AFP)

Une faute?

Numéro un du PS de 1981 à 1992, Guy Spitaels, né le 3 septembre 1931, a «profondément marqué l'histoire du socialisme belge, de la politique belge et, plus largement, la vie de milliers de citoyens de Bruxelles et de Wallonie», a écrit dans un communiqué l'actuel président du PS, Thierry Giet. En février 2011, Guy Spitaels, retiré de la vie politique depuis une quinzaine d'années, avait été agressé en rentrant à son domicile à Bruxelles. Des analyses médicales avaient alors révélé qu'il était atteint d'une tumeur au cerveau.

Guy Spitaels avait été vice-Premier ministre dans quatre gouvernements dirigé par le chrétien-démocrate flamand Wilfried Martens au début des années 1980. Mais c'est son action en Wallonie, la région francophone du sud du pays, qui a le plus marqué les esprits. Durant son long règne à la tête du PS - il était caricaturé en Louis XIV dans les journaux et surnommé «Dieu», en raison de son style très monarchique -, ce socialiste réformateur a joué un rôle significatif dans la transformation de la Belgique en un État fédéral fondée sur une large autonomie des régions.

Démêlés avec la justice

Sa décision de prendre la tête du gouvernement wallon en 1992 est considérée comme le signe de l'émergence des régions dans le système politique belge. Guy Spitaels avait démissionné de ce poste en 1994 après avoir été inculpé dans les affaires Dassault et Agusta, liées au financement occulte du PS dans les années 80. En 1998, aux côtés d'autres responsables socialistes flamands et francophones, il avait été condamné à deux ans de prison avec sursis et à la déchéance pendant cinq ans de ses droits civils et politiques par la cour de cassation dans le cadre de ces affaires.

L'actuel Premier ministre belge, Elio Di Rupo, qui comme Guy Spitaels a dirigé le PS (de 1999 à 2011) et dirigé le gouvernement wallon (2005-2007), a salué un «homme d'État de grande envergure» ayant «modernisé le PS» et le menant à «de grands succès électoraux». Aux élections législatives de 1987, le PS de Guy Spitaels avait recueilli 43,9% des voix en Wallonie, un score historique. Professeur à l'Université libre de Bruxelles (ULB), Guy Spitaels a également enseigné au Collège d'Europe à Bruges (Belgique) et à la faculté de droit de l'université de Reims (est de la France).

(L'essentiel Online/AFP)