Belgique

09 janvier 2013 17:58; Act: 09.01.2013 18:09 Print

La reine Fabiola accusée d'évasion fiscale

L'annonce de la création par la reine Fabiola d'une fondation a déclenché une polémique mercredi, certains médias et responsables politiques l'assimilant à de l'évasion fiscale.

storybild

La reine Fabiola de Belgique crée une fondation et provoque une polémique. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Créée en septembre dernier par la reine de 84 ans à la santé fragile, cette fondation baptisée Fons Pereos «doit en réalité permettre à la reine de régler ses problèmes de succession», indiquent les journaux du groupe de presse régional Sudpresse (Rossel) qui ont révélé l'information. N'ayant pas eu d'enfant, la reine Fabiola, née en Espagne, souhaiterait que ses héritiers, notamment ses neveux, ne paient pas les 70% de droits de succession en vigueur en Belgique après son décès, selon ces journaux.

Depuis près de 20 ans, la reine perçoit une dotation publique, dont le montant s'élève cette année à 1,4 million d'euros (soit près de 27 millions d'euros depuis 1993). Elle a aussi hérité du patrimoine du roi Baudouin, estimé à plusieurs millions d'euros. Sans contester la légalité du procédé, le chef du parti libéral francophone, Charles Michel, s'est dit «choqué par la méthode».

Une aide strictement encadrée

«Il faut veiller à ce que l'argent public serve à la reine à assumer son rôle, sa fonction. Cette sorte d'évasion de l'argent public à l'étranger (une partie de la famille de la reine Fabiola est espagnole, NDLR) m'interpelle et l'aide financière à un courant philosophique m'interpelle aussi», a-t-il déclaré au journal Le Soir. Les statuts de la fondation prévoient en effet qu'outre les neveux et nièces de Baudouin et Fabiola, elle pourra «promouvoir» des actions culturelles «respectant l'éthique et la morale chrétiennes».

Les responsables belges qui se sont jusqu'ici exprimés omettent toutefois de souligner que l'aide dont pourrait bénéficier des membres de la famille de la reine est strictement encadrée. Les statuts de la fondation indiquent en effet qu'«une aide pourra leur être accordée, pour une période limitée, si ces personnes sont confrontées à de sérieuses difficultés physiques, matérielles, psychologiques ou morales» et en tenant compte de leurs autres sources de revenus.

(L'essentiel Online/AFP)