En Iran

02 décembre 2019 21:57; Act: 03.12.2019 10:41 Print

Plus de 200 morts dans la contestation

La répression des manifestations en Iran a coûté la vie à au moins 208 personnes, selon Amnesty International. L'ONG qualifie la situation «d'horrible tuerie».

storybild

«Le bilan réel» de cette répression «est vraisemblablement supérieur» à 208 morts. (photo: AFP/Haidar Hamdani)

Sur ce sujet
Une faute?

Au moins 208 personnes ont été tuées dans la répression du mouvement de contestation qui a vu le jour mi-novembre en Iran, a affirmé lundi, Amnesty International, revoyant à la hausse son précédent bilan de 161 morts publié vendredi.

«Le bilan réel» de cette répression «est vraisemblablement supérieur» à 208 morts, ajoute dans un communiqué l'ONG basée à Londres, précisant que cette estimation se fonde sur des «informations crédibles» obtenues par ses soins. Des dizaines de morts ont été enregistrées dans la seule ville de Chahriar, dans la province de Téhéran, «l'une des villes où le bilan (...) est parmi les plus élevés», selon Amnesty.

Manifestations dans 40 villes

«Ce bilan alarmant est une preuve supplémentaire que les forces de sécurité iraniennes se sont engagées dans une horrible tuerie», estime Philip Luther, directeur de recherches d'Amnesty pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord. Il «démontre le mépris total des autorités iraniennes pour la vie humaine», ajoute-t-il.

Déclenchées le 15 novembre par l'annonce d'une hausse du prix de l'essence, les manifestations, violentes par endroits, se sont rapidement étendues à au moins 40 villes et localités. Elles ont été accompagnées d'incendies ou d'attaques de stations-services, commissariats, centre commerciaux, mosquées ou bâtiments publics, selon les médias iraniens.

Rendre des comptes

Les autorités iraniennes, selon qui ce mouvement de contestation est le résultat d'un «complot» ourdi à l'étranger, avaient réagi au précédent bilan d'Amnesty, le jugeant «exagéré».

Elles n'ont confirmé la mort que de cinq personnes - quatre membres des forces de l'ordre tués par des «émeutiers» et un civil - et annoncé environ 500 arrestations dont celles de 180 «meneurs». Interrogé dimanche au cours d'une conférence de presse à Téhéran, le président du Parlement, Ali Larijani, n'a pas donné de bilan.

«Quant au fait que certains ont été blessés, ont eu des problèmes ou que des propriétés (privées) ont été brûlées ou endommagées, les organes de sécurité vont se pencher sur la question», a-t-il dit. Cité par l'agence officielle Irna, il a affirmé que «le problème se pose quand les manifestations deviennent violentes» et que «certains font usage d'armes à feu et d'armes blanches», sinon «la Constitution et tout le monde dit que (protester est un droit)».

Cité par l'agence officielle Irna, il a affirmé que «le problème se pose quand les manifestations deviennent violentes» et que «certains font usage d'armes à feu et d'armes blanches», sinon «la Constitution et tout le monde dit que (protester est un droit)».

Dans son communiqué de lundi, Amnesty exhorte la communauté internationale à faire en sorte que les responsables de «cette répression sanglante» rendent des comptes, et accuse les autorités iraniennes de n'avoir aucune «intention de mener des enquêtes indépendantes et impartiales». L'ONG affirme aussi que des familles de victimes ont été menacées et ont reçu pour consigne de ne pas parler aux médias et de ne pas organiser de funérailles pour leurs proches. Amnesty indique encore avoir analysé et vérifié des vidéos montrant «que les forces de sécurité iraniennes ont tiré contre des manifestants non armés».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Segueï le 02.12.2019 23:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La dictature religieuse iranienne est aux abois depuis longtemps et plus le peuple se soulève, plus le régime les répriment, en plus des sanctions internationales qui n'arrangent rien. La seule solution est la fin de la dictature en Iran, aucune autre solution.

  • Blanc pur immaculé le 03.12.2019 06:53 Report dénoncer ce commentaire

    les gouvernements étrangers qui viennent au galop à la rescousse du peuple Iranien, surtout les Etats-Unis bénis soient ceux qui ne voient que la liberté des peuples comme objectif...

Les derniers commentaires

  • Blanc pur immaculé le 03.12.2019 06:53 Report dénoncer ce commentaire

    les gouvernements étrangers qui viennent au galop à la rescousse du peuple Iranien, surtout les Etats-Unis bénis soient ceux qui ne voient que la liberté des peuples comme objectif...

    • hahaha le 03.12.2019 10:46 Report dénoncer ce commentaire

      le US sauveur du monde :D ca fait pas des années qu'ils souhaitent dégagé l'Iran ? pour récupérer les ressources du pays...? et qu'ils font de la manipulation de masse pour convaincre l'opinion? (visiblement cela fonctionne bien) :D

  • Segueï le 02.12.2019 23:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La dictature religieuse iranienne est aux abois depuis longtemps et plus le peuple se soulève, plus le régime les répriment, en plus des sanctions internationales qui n'arrangent rien. La seule solution est la fin de la dictature en Iran, aucune autre solution.