France

10 novembre 2017 19:03; Act: 10.11.2017 19:56 Print

L'autre Brigitte Macron qui dérange l'Elysée

Une femme porte les mêmes nom et prénom que l'épouse du président français. Une homonymie pas toujours facile à assumer, et qui semble gêner le palais.

storybild

Il existe en tout cas deux Brigitte Macron en France. L'une passe son temps à se justifier et à assurer qu'elle porte bien le même nom que la Première dame de France. (photo: AFP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

En France, près de 300 personnes porteraient le nom de famille Macron. Parmi elles, une a la particularité de se prénommer Brigitte, tout comme la Première dame de France. Contactée par LCI, «l'autre» Brigitte Macron raconte que depuis l'élection présidentielle, sa vie a beaucoup changé. Mariée à Michel, la Française travaille dans un centre des impôts. «Mon nom est affiché sur mon bureau, donc les gens remarquent tout de suite qu'ils sont reçus par Brigitte Macron. Ça détend l'atmosphère», s'amuse-t-elle. Elle ajoute: «Il m'arrive aussi de signer des courriers à mon nom, donc des contribuables me rappellent pour me demander s'il s'agit d'une blague».

Si l'homonyme de l'épouse du président prend tout cela avec le sourire, il lui arrive de rencontrer certaines difficultés au quotidien. Comme le jour où elle a voulu commander un bouquet chez le fleuriste et qu'il lui a fallu donner son nom: «Il m'a dit que ce n'était pas très malin de faire une blague comme ça», raconte Brigitte. La Française évoque également de la fois où elle a fait fureur en allant faire une prise de sang. «Lorsque l'infirmière m'a appelée, toute la salle d'attente a réagi», se souvient-elle.

Du côté de l'Elysée, on rigole moins avec cette homonymie. En mai dernier, le palais présidentiel aurait en effet demandé à «l'autre» Brigitte Macron de bien vouloir modifier l'adresse URL de son profil sur les réseaux sociaux. L'Elysée aurait expliqué à la Française qu'elle risquait d'être importunée par des internautes la prenant pour la Première dame. «C'est vrai que je reçois parfois des demandes d'amis et des messages de gens qui pensent que je suis la «vraie» Brigitte Macron. Ils me racontent leur vie et me font part de leurs problèmes en pensant que je pourrai les aider», raconte-t-elle. L'homonyme de l'épouse du président n'a cependant jamais reçu de menaces ou autres insultes, et n'a pas donné suite à la demande de l'Elysée.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Patrick le 11.11.2017 09:33 Report dénoncer ce commentaire

    Ben pourquoi c'est elle qui devrait changer de nom ?...:-)

  • Bebart le 11.11.2017 10:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Salut Patrick ! Et merci pour ce sourire de ce matin pluvieux !

Les derniers commentaires

  • Bebart le 11.11.2017 10:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Salut Patrick ! Et merci pour ce sourire de ce matin pluvieux !

  • Patrick le 11.11.2017 09:33 Report dénoncer ce commentaire

    Ben pourquoi c'est elle qui devrait changer de nom ?...:-)