New York face aux inondations

21 septembre 2019 16:13; Act: 21.09.2019 17:18 Print

«On doit se réveiller avant qu'il ne soit trop tard»

Murets de sable, dunes surélevées sur les plages les plus exposées, chantiers à l'étude: New York se veut un modèle d'anticipation face à la montée des eaux.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis l'ouragan Sandy du 29 octobre 2012 qui a fait 44 morts, 19 milliards de dollars de dégâts et paralysé des jours durant la capitale économique américaine, les New-Yorkais ne doutent plus du changement climatique.

Dans une ville si dense que personne n'imagine déserter les quartiers côtiers les plus exposés, la municipalité a fait de la fortification de ses 850 kilomètres de côtes une priorité. Et annoncé une série de mesures pour se protéger des eaux - qui pourraient monter de 1,80 m d'ici 2100 - et des tempêtes à répétition qui s'annoncent.

15km de dunes érigées

Au sud-est, sur la presqu'île des Rockaways, proche de l'aéroport J.F. Kennedy, et au sud, à Staten Island, deux quartiers durement frappés par Sandy, 15 kilomètres de dunes ont été érigées, et des millions de tonnes de sable déversées pour consolider les plages des Rockaways ou de Coney Island, à Brooklyn. Plusieurs milliards de dollars ont été dépensés pour protéger le réseau électrique et le métro, indispensable à la circulation des 8,5 millions de New-Yorkais.

Des murets faits de containers de sable spécialement conçus contre les inondations sont apparus dans plusieurs quartiers, notamment à Brooklyn ou à Manhattan, près de Wall Street: une mesure de protection temporaire, pour cinq ans, en attendant des fortifications plus pérennes pour protéger le coeur historique et financier de New York. Selon des projections officielles, 37% des bâtiments de la pointe de Manhattan seront exposés aux ondes de tempêtes d'ici 2050, et 20% des rues risqueraient d'être quotidiennement inondées d'ici 2100.

120 milliards pour l'estuaire

Les chantiers les plus ambitieux n'ont pas commencé: la mairie doit lancer en 2020 des travaux sur trois ans pour surélever le grand parc longeant l'East River au sud de Manhattan. Et le maire démocrate Bill de Blasio a présenté en mars un projet pour protéger la pointe sud de Manhattan, où sont concentrés 10% des emplois de la ville: elle serait prolongée par une bande de terre, qui permettrait de gagner 150 mètres sur l'East River et d'«absorber l'énergie d'une tempête», explique Steve Cohen, expert en politique environnementale à l'Institut de la Terre de l'université Columbia.

Mais ces travaux prendraient des années et coûteraient jusqu'à 10 milliards de dollars, dont le financement est incertain. Au-delà de ces projets de quartiers, le corps du génie de l'armée américaine étudie des plans couvrant l'ensemble de la région new-yorkaise. Parmi les options qu'il doit affiner d'ici 2020, dont le coût s'échelonne de 15 à 120 milliards de dollars, la plus chère - et la plus improbable - prévoit un système de barrières immergées pour tout l'estuaire new-yorkais. Il réduirait les risques d'inondation de 92%, mais risquerait aussi d'étouffer l'écosystème. A l'autre extrême, pour 15 milliards, un projet plus classique de digues et de barrières côtières réduirait le risque de 25% seulement.

Retards inquiétants

La décision sera prise avec la ville, mais une chose est sûre: les travaux s'annoncent longs, et l'enveloppe globale de 20 milliards initialement annoncée n'est plus qu'un «acompte», selon la municipalité. Poussant certains New-Yorkais à s'inquiéter. «Sept ans après Sandy, on parle toujours de sacs de sable comme mode principal de défense contre des tempêtes majeures (...) On doit se réveiller avant qu'il ne soit trop tard», déplore Justin Brannan, élu municipal des quartiers exposés de Brooklyn, qui préside la commission municipale pour la «résilience».

«Il y a un fossé énorme entre ce que la ville de New York a pu faire et ce qui doit être fait», souligne aussi Roland Lewis, président de l'ONG Waterfront Alliance, active sur tous les problèmes côtiers new-yorkais. «Nous sommes l'une des grandes villes du monde, nous sommes très riches, et pourtant, nous ne sommes pas capables de nous protéger face à la nouvelle réalité» climatique.

Le passage de l'ouragan Sandy en accéléré

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • philippin sébastien le 22.09.2019 16:45 Report dénoncer ce commentaire

    Trop tard ,peut être est 'il déjà trop tard ????

  • pignon le 21.09.2019 18:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui, mais en si peu de temps, jamais. De plus dans le cas présent ce sont les activités humaines qui sont en cause.

  • venusdailleurs le 21.09.2019 17:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a toujours eu des périodes froides et des périodes chaudes .....faire des prévisions jusqu’à 2100 me semble insensé

Les derniers commentaires

  • philippin sébastien le 22.09.2019 16:45 Report dénoncer ce commentaire

    Trop tard ,peut être est 'il déjà trop tard ????

  • Sam1952 le 21.09.2019 19:04 Report dénoncer ce commentaire

    Mr Trump , obnubilé par la construction de son mur , anti invasion ( qui n’empechera rien !!). , ferait mieux d’employer ce fric à la construction de digues et à l’ecologie !

  • pignon le 21.09.2019 18:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui, mais en si peu de temps, jamais. De plus dans le cas présent ce sont les activités humaines qui sont en cause.

  • Greg le 21.09.2019 18:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut pomper l'eau des océans et les envoyer dans l'espace ou les stocker sur la lune. Il faut construire des villes flottantes aussi ! On marche sur la tête sérieusement...

  • Léinie le 21.09.2019 18:06 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut construire encore plus, bétonner la terre,,,,,,,,,,,,