Élection du pape

11 mars 2013 10:49; Act: 12.03.2013 12:14 Print

Twitter interdit aux cardinaux en conclave

Ni tweet ni SMS, l'élection et l'annonce du nom du successeur de Benoît XVI se feront sous le sceau du secret absolu et selon des rites anciens jusqu'à l'«habemus papam», sous peine d'excommunication.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
Sur ce sujet

Avant l'entrée des cardinaux en procession dans la chapelle Sixtine, le jour du début du conclave, celle-ci sera inspectée pour empêcher la pose de micros ou minicaméras. Par précaution, le système de censeurs qui mesurent habituellement l'humidité et la température dans la chapelle, ornée des fameuses fresques de Michel-Ange, a été démonté par la gendarmerie vaticane. Des toilettes chimiques devraient aussi être installées près de la chapelle pour éviter que les prélats n'utilisent celles de l'étage inférieur et y croisent touristes et éventuels curieux. L'élection du pape est appelée conclave en référence aux portes fermées à clé, une tradition qui remonte à huit siècles en arrière quand, au bout de trois ans d'indécision, les cardinaux furent mis au secret et nourris au pain et à l'eau pour les forcer à se décider.

L'obligation du secret visait autrefois à empêcher la noblesse romaine ou l'empereur de s'immiscer dans les discussions entre cardinaux mais Jean Paul II l'avait encore renforcée en 1996 en menaçant d'excommunication les bavards invétérés. Même les chauffeurs des cardinaux, les médecins ou les techniciens d'ascenseur sont astreints à cette règle. «Si dans l'élection du Pontife romain était perpétré - Que Dieu nous en préserve - le crime de simonie (volonté de vendre ou d'acheter à un prix temporel une chose spirituelle), je décide et je déclare que tous ceux qui s'en rendraient coupables encourront l'excommunication», avertissait le pape polonais dans sa Constitution apostolique.

Rien ne doit filtrer

La Constitution édictée par Karol Wojtyla demande aux cardinaux «de s'abstenir de se servir d'aucun instrument d'enregistrement, d'audition ou de vision» et prévoit des contrôles «avec l'aide de personnes de confiance et de capacités techniques éprouvées pour que dans les locaux - la chapelle Sixtine et les pièces attenantes - des moyens audiovisuels de reproduction et de transmission vers l'extérieur ne soient pas subrepticement installés».

Pas question non plus pour les cardinaux de surfer sur Internet ni d'utiliser Twitter ou Facebook pendant le Conclave: les téléphones portables et autres tablettes tactiles seront rendues inutilisables par un système de brouillage. En outre, pour éviter les fuites vers l'extérieur, les déplacements des cardinaux se limiteront à des allers retours entre la Chapelle et la résidence Sainte Marthe où ils logeront tous.

Interdiction de lire les journaux, écouter la radio ou regarder la télévision. Avant chaque scrutin dans la chapelle (quatre fois par jour jusqu'à l'obtention d'une majorité des deux tiers), chacun des cardinaux électeurs devra encore «jurer de garder le secret absolu sur tout ce qui concerne directement ou indirectement les votes et les scrutins pour l'élection du souverain pontife». Et à part la fumée blanche signalant que l’Église a un nouveau pape, rien ne filtrera à l'extérieur sur son identité avant la proclamation, une quarantaine de minutes plus tard, du nom de l'élu en latin, après l'annonce rituelle : «Habemus Papam» (nous avons un pape).

(L'essentiel Online/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).