Règlement pour les ministres

12 mars 2013 17:32; Act: 12.03.2013 18:18 Print

L'éthique politique sera de mise en 2014

LUXEMBOURG - Validé lors du conseil de gouvernement du 1er mars dernier, le code de déontologie pour les ministres entrera en vigueur au 1er janvier 2014, annonce mardi François Biltgen.

storybild

Les ministres de la coalition CSV/LSAP élus en 2009 devront appliquer, à compter du 1er janvier 2014, le code de déontologie. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

«Solidarité gouvernementale», «relation transparente avec la Chambre des députés» ou «absence de conflit d'intérêt entre les fonctions publiques, la vie privée et les activités politiques». Voici quelques-unes des règles présentées officiellement ce mardi par le ministre de la Justice, François Biltgen (CSV), dans un code de déontologie. Un code éthique qui entrera en vigueur au 1er janvier 2014 et qui, à terme, doit faire «partie intégrante de la constitution même des futurs gouvernements».

Réponse apportée par le gouvernement aux récentes affaires qui ont dévoilé au grand jour les relations parfois compliquées entre les ministres et leur administration, cet ensemble de règles ne prendra toutefois pas un caractère juridique, mais uniquement politique. En clair, le non-respect de l'une des règles énoncées ne pourra faire l'objet de poursuites judiciaires, mais d'une sanction politique. Une sanction mise en œuvre «par la Chambre des députés» et «les médias», selon le texte adopté par le gouvernement.

Parmi les mesures phares de ce texte, l'interdiction faite aux ministres de s'engager, pendant deux ans, dans une carrière directement en relation avec le poste qu'il occupait. Autre mesure, l'interdiction faite aux anciens membres du gouvernement de faire du lobby de leur nouvel employeur, client ou entreprise auprès de leur successeur sur des thèmes qui rentraient dans leur champ de compétence. Le respect de l'ensemble de règles nouvellement établies sera assuré par un comité d'éthique, composé de trois membres. Ce dernier restera en place sur l'ensemble de la législature.

(Jmh/L'essentiel Online)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • superrésistant le 13.03.2013 08:36 Report dénoncer ce commentaire

    Règlement éthique? Moi je veux apprendre à mes enfants l'honnêteté et la rigueur, pas besoin de règlement, ce sont des principes de base! Ça montre à quel point nos dirigeants sont axés sur leurs propres intérêts et ce n'est pas un règlement qui changera les mentalités. Un coup d'épée dans l'eau!

  • Odin le 12.03.2013 18:35 Report dénoncer ce commentaire

    Voilà comment noyé le poisson. Qu'ils virent les corrompus et surtout ceux qui ne veulent pas baisser leur salaires et autres avantages afin de montrer l'exemple aux citoyens, au lieu de pondre de nouvelles taxes!!!! L'éthique commence déjà par la.

  • vincent soubeyran le 13.03.2013 11:35 Report dénoncer ce commentaire

    tout cela constitue certes un progrès.. en attendant, sur la photo (ancienne il me semble car depuis il y eu des changements..), on voit 4 femmes!.. je ne sais pas combien elles sont aujourd'hui mais probablement pas beaucoup plus.. est-ce le symbole de la supériorité des hommes dans les décisions gouvernementales et donc dans la société?.. pourquoi les femmes dans leur ensemble, à part certaines, ne demandent-elles pas la parité totale et obligatoire dès les prochaines élections ou le prochain changement de gouvernement?.. et la parité dans le reste de la société, à tous les niveaux?.. vini

Les derniers commentaires

  • Décennie le 14.03.2013 09:42 Report dénoncer ce commentaire

    le code de déontologie, en apparence, imposerait aux ministres des règles d'éthique. Mais la face cachée de cette initiative des ministres est qu'elle servira de pare-feu à toute critique de fond. Les membres du comité d'éthique sont aussi soumis à des règles professionnelles, qu'ils peuvent violer, car leur responsabilité professionnelle n'existe pas. Ils protègeront les ministres, comme l'ordre des avocats protège les avocats, et les ministres assureront leur irresponsabilité.

  • Mike le 13.03.2013 17:51 Report dénoncer ce commentaire

    nous sommes sur la bonne voie, encore 30 ans de mêmes politiciens feront le pays beaucoup de bien, ou peut-être pas. plus ou moins éthique, quelle différence cela ferait-il au Luxembourg, en tout cas, ils font ce qu'ils veulent, peu importe qui pense quoi.

  • franci le 13.03.2013 13:04 Report dénoncer ce commentaire

    Code de deontologie: Mode d'exercer une profession, dans le cas, La Politique.C'est aussi un ensemble de devoirs,de conduits et de rapports entre ceux qui l'exercent et le public. A vous de voir si c'est le cas de nos Politiciens, si ils appliquent a' la lettre ces Devoirs envers le Public; Nous dans ce cas. J'ai tout dit, en deux mots, pour manque d'espace dans la rubrique de l'Essentiel. Merci.

  • vincent soubeyran le 13.03.2013 11:35 Report dénoncer ce commentaire

    tout cela constitue certes un progrès.. en attendant, sur la photo (ancienne il me semble car depuis il y eu des changements..), on voit 4 femmes!.. je ne sais pas combien elles sont aujourd'hui mais probablement pas beaucoup plus.. est-ce le symbole de la supériorité des hommes dans les décisions gouvernementales et donc dans la société?.. pourquoi les femmes dans leur ensemble, à part certaines, ne demandent-elles pas la parité totale et obligatoire dès les prochaines élections ou le prochain changement de gouvernement?.. et la parité dans le reste de la société, à tous les niveaux?.. vini

  • Jean-Marie le 13.03.2013 11:27 Report dénoncer ce commentaire

    L incompétence de la politique Luxembourgeoise ? Tout les jours on à des exemples ils se protégé entre eux .On appelle ça le model Luxembourgeois