Jacques Molitor

21 février 2012 07:03; Act: 21.02.2012 10:53 Print

«L'écart entre le rêve et la réalité de la sexualité»

LUXEMBOURG - Le sujet de la sexualité des Luxembourgeois a été traité par le réalisateur Jacques Molitor, dans un film documentaire.

Une faute?

«L'essentiel»: Comment vous est venue l'idée de tourner un documentaire sur la sexualité des Luxembourgeois?

Jacques Molitor: J'avais montré le film américain «9 to 5», au producteur Pol Crutchen, qui parle de la sexualité. Nous avons trouvé intéressant de présenter ce sujet dans le contexte luxembourgeois.

Comment aborde-t-on ce sujet au Luxembourg?

Je montre la différence entre les rêves, les fantasmes et le quotidien de la sexualité des gens. Et aussi la recherche de l'amour. J'ai choisi d'aborder le sujet par des portraits. Onze protagonistes apparaîtront dans le documentaire. Les protagonistes ont entre 14 et 80 ans.

Quels types de personnages seront à voir dans votre documentaire?

Pour donner quelques exemples: il y a un couple d'handicapés qui a besoin d'être assisté. Il y a des adolescents, des seniors, un prêtre qui a une relation plus abstraite qui est la croyance.

Était-ce facile de trouver des personnes qui voulaient participer au tournage?

Je connaissais quelques personnes, mais c'était assez difficile. Finalement, une agence de casting a recruté des personnes et le bouche à oreille a beaucoup joué.

La sexualité, est-ce un sujet qui est plus tabou à Luxembourg qu'à l'étranger?

Oui, vu que tout le monde se connaît. C'est pour cela que j'ai lancé le sujet.

Recueilli par Chloé Murat

www.jacquesmolitor.com

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).