Faux dentistes

07 octobre 2021 18:11; Act: 07.10.2021 19:02 Print

Ils arrachaient des dents sans aucune anesthésie

Le trésorier de deux centres de soins dentaires a été mis en examen après le dépôt de 76 plaintes de patients dénonçant mauvais traitements, mutilations et abus financiers.

storybild

Les clients de Proxidentaire, réunis dans un collectif, dénoncent depuis des mois des mauvais traitements.

Sur ce sujet
Une faute?

Le trésorier des centres Proxidentaire de Belfort (Territoire-de-Belfort) et Chevigny-Saint-Sauveur (Côte-d'Or) est soupçonné de «tromperie ayant entraîné un danger pour la santé, complicité d'exercice illégal de chirurgien dentiste et abus de confiance», a précisé en conférence de presse le procureur de la République à Dijon, Olivier Caracotch.

Cette mise en examen fait suite à l'ouverture, ce même jour, d'une information judiciaire des mêmes chefs à la suite du dépôt de 76 plaintes de patients. L'enquête concerne notamment les «conditions d'hygiène des locaux et des ustensiles ainsi que les qualifications des personnels», selon le procureur.

L'instruction se penchera également sur des accusations d'encaissement de chèques, d'un montant total de 200 000 euros, pour des soins non réalisés et sur l'absence de diplômes pour certains dentistes.

Le précédent Dentexia

Les clients de Proxidentaire, réunis dans un collectif, dénoncent depuis des mois des mauvais traitements - arrachage de dents sans anesthésie, dentiers blessants et mutilations. L'Agence régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté a de son côté annoncé la fermeture définitive des deux centres, après la suspension de leur activité intervenue en juin et juillet.

L'ARS considère que l'association Proxidentaire n'est «pas en mesure d'assurer une gestion des centres garantissant la préservation de la santé publique». L'affaire n'est pas sans rappeler le scandale des centres dentaires low cost Dentexia, il y a plus de cinq ans, dans lequel des milliers de patients s'étaient plaints d'avoir été mal soignés ou abandonnés en cours de traitement.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • JP L le 07.10.2021 19:08 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle (absence de) réactivité de l'ARS! Pas moins de 76 plaintes requises pour s'apercevoir de la tromperie… Les patients ont eu largement le temps de mourir!

  • Douce france le 07.10.2021 19:34 Report dénoncer ce commentaire

    Hallucinant ! On reste sans voix

  • pikachu_surpris le 08.10.2021 07:38 Report dénoncer ce commentaire

    Bah c'est un centre mutualiste quoi...

Les derniers commentaires

  • pikachu_surpris le 08.10.2021 07:38 Report dénoncer ce commentaire

    Bah c'est un centre mutualiste quoi...

  • liane le 07.10.2021 22:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a des dentistes au Lux qui extraient des bonnes dents

  • stephan le 07.10.2021 21:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les dents m’en tombent

  • Douce france le 07.10.2021 19:34 Report dénoncer ce commentaire

    Hallucinant ! On reste sans voix

    • Tonton Beber le 07.10.2021 21:02 Report dénoncer ce commentaire

      Ou sans dent

  • JP L le 07.10.2021 19:08 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle (absence de) réactivité de l'ARS! Pas moins de 76 plaintes requises pour s'apercevoir de la tromperie… Les patients ont eu largement le temps de mourir!