Afrique

05 août 2021 08:59; Act: 05.08.2021 10:24 Print

Le Kenya recense sa faune pour la première fois

Ce pays d'Afrique de l'Est, connu pour ses parcs et ses safaris, mène actuellement par avion le premier recensement national de ses précieux animaux.

storybild

La plupart des données concernant la faune sauvage au Kenya proviennent d'ONG locales ou internationales, et ne fournissent qu'une vision parcellaire. (photo: AFP/Tony Karumba)

Sur ce sujet
Une faute?

Des décennies de braconnage, l'extension de l'habitat humain ainsi que le réchauffement climatique ont durement touché la population mondiale d'animaux sauvages - et le Kenya ne fait pas exception. Espèce emblématique, l'éléphant d'Afrique a par exemple vu sa population chuter d'au moins 60% en 50 ans, selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Ainsi, les pilotes du Kenya Wildlife Service (KWS, l'agence de protection de la faune) qui s'apprêtent à décoller d'Isiolo sont en première ligne d'une bataille aux enjeux immenses. «Les éléphants sont l'animal clé mais lorsque vous parvenez à localiser (toute autre) espèce en danger, cela vous donne le sentiment que le recensement est sur la bonne voie», explique le pilote Chris Cheruiyot, enclenchant la ceinture de sécurité de son collègue Julius Kabete dans le minuscule habitacle.

Appareil photo et dictaphone autour du cou, ce dernier passera les prochaines heures à compter girafes somali, zèbres de Grévy et autres oryx. L'ambitieux exercice, qui a démarré en mai, concerne plus de 50 parcs ou réserves nationales, ainsi que de nombreuses «conservancies», ces zones sauvages gérées par des privés ou des communautés locales. Sans oublier la faune marine.

Comprendre le comportement des animaux

La plupart des données concernant la faune sauvage au Kenya proviennent d'ONG locales ou internationales, et ne fournissent qu'une vision parcellaire. De plus, former les recenseurs est souvent très long et très cher. Par conséquent, de nombreux scientifiques préfèrent «publier les résultats de modèles» informatiques, plutôt que de traquer les animaux sur le terrain, souligne Iain Douglas-Hamilton de l'ONG Save the Elephants.

Ce premier recensement kényan est donc crucial. Les informations collectées permettront notamment de construire une stratégie de long terme pour préserver cet actif d'une immense valeur, notamment touristique. Le processus permet également de mieux comprendre les comportements des animaux: où ils se nourrissent, boivent, dorment... Dans un hôtel d'Isiolo, une équipe écoute attentivement les enregistrements effectués sur les dictaphones, qui retracent ces informations.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • veritis le 05.08.2021 10:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tres voir trop tard....

Les derniers commentaires

  • veritis le 05.08.2021 10:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tres voir trop tard....