Esclavage en Lybie

30 novembre 2017 00:12; Act: 30.11.2017 00:26 Print

Accord pour des évacuations d'urgence

Les dirigeants de neuf pays européens et africains, ont décidé de mener des «opérations d'évacuation d'urgence» des migrants victimes des trafiquants en Libye.

storybild

Le roi Mohamed V du Maroc en discussions avec Emmanuel Macron et Xavier Bettel. (photo: AFP/Issouf Sanogo)

Sur ce sujet

Les dirigeants de neuf pays européens et africains, dont la Libye, ainsi que de l'ONU, l'Union européenne et l'Union africaine, ont décidé de mener des «opérations d'évacuation d'urgence dans les prochains jours ou semaines» des migrants victimes des trafiquants en Libye, a annoncé le président français Emmanuel Macron mercredi.

Cette décision a été prise lors d'«une réunion d'urgence avec l'UE, l'UA, l'ONU, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, le Tchad, le Niger, la Libye, le Maroc et le Congo», a dit M. Macron devant la presse, en marge du sommet Europe-Afrique d'Abidjan.

Lors de cette réunion, sollicitée par la France, les dirigeants ont «décidé une action d’extrême urgence pour évacuer de Libye ceux qui veulent l’être», a-t-il expliqué. «La Libye a réaffirmé son accord pour identifier les camps où des scènes de barbarie ont été identifiées (...)Le président Sarraj a donné son accord pour qu'un accès puisse être assuré», a-t-il assuré.

«Deuxième point, il a été décidé par l'UE, l'UA et les Nations unies un soutien accru à l'OIM (Office international des migrations) pour aider au retour des Africains qui le souhaitent vers leur pays d'origine. Ce travail sera conduit dans les prochains jours, en lien avec les pays d'origine».

(L'essentiel/ AFP)