PROCèS KERVIEL

28 juin 2012 18:35; Act: 29.06.2012 11:43 Print

Kerviel sera fixé sur son sort le 24 octobre

Les avocats de l'ex-trader ont plaidé l'acquittement jeudi. La veille, l'avocat général avait requis une peine de cinq ans de prison ferme. La cour d'appel rendra sa décision à l'automne.

storybild

Jérôme Kerviel (droite) arrive à la Cour de Paris en compagnie de son avocat David Koubbi (centre) et la journaliste Tristane Banon (gauche). (photo: AFP)

  • par e-mail

La défense de Jérôme Kerviel a demandé la relaxe jeudi au terme du procès en appel de l'ancien trader, après quatre semaines d'audience et au lendemain d'un réquisitoire implacable du ministère public. L'avocat général a requis contre l'ancien trader cinq ans de prison ferme, peine maximum encourue. La cour d'appel de Paris rendra sa décision le 24 octobre.

«Le doute doit profiter à Jérôme Kerviel, il doit emporter la relaxe», a déclaré dans sa plaidoirie Julien Dami Le Coz, avocat de l'ancien trader de la Société générale poursuivi pour une perte de 4,9 milliards d'euros début 2008.

M. Kerviel avait été condamné en première instance, en 2010, à trois ans ferme et deux avec sursis. Le tribunal l'avait aussi condamné à des dommages et intérêts astronomiques de 4,9 milliards d'euros, montant de la perte dont il avait été jugé seul responsable.

«Engrenage»

Dans sa plaidoirie, Me Dami Le Coz a démonté une à une les infractions reprochées au prévenu - «abus de confiance», «faux et usage et faux» et «introduction frauduleuse de données dans un système de traitement automatisé» -, estimant qu'elles n'étaient pas constituées.

Jérôme Kerviel n'a jamais nié avoir perdu le sens des réalités, expliquant s'être retrouvé pris dans un «engrenage». Mais il affirme que ses supérieurs savaient ce qu'il faisait, ce que tous ont nié catégoriquement.

Il se dit en outre victime d'une machination, par laquelle la Société générale l'aurait utilisé comme fusible pour masquer ses pertes dues aux crédits hypothécaires américains «subprimes».

(L'essentiel Online/ATS)