En Italie

22 août 2019 07:45; Act: 22.08.2019 11:24 Print

2e jour de consultations pour sortir de la crise

Le président Sergio Mattarella doit continuer jeudi ses entrevues avec les formations politiques pour résoudre la crise politique italienne.

storybild

Rome débute le deuxième round de consultations. (photo: AFP/Andreas Solaro)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Italie se lance jeudi dans un deuxième round de consultations pour tenter de trouver une solution à la crise déclenchée par l'explosion de l'instable gouvernement populiste formé par La Ligue de Matteo Salvini et le Mouvement Cinq Etoiles en juin 2018. Le président Sergio Mattarella, le maître des horloges qui a la clef du dénouement, continuera ses entrevues avec les formations politiques dont les principales défileront dans son palais du Quirinal de 10h jusqu'au soir.

À l'issue de ce ballet, diverses options s'offriront à lui y compris des élections anticipées dès cet automne. Mais, cette perspective ne l'enchante guère car la troisième économie de la zone euro, très endettée et dont la croissance est à l'arrêt, devrait affronter au même moment le périlleux exercice de l'élaboration du budget pour 2020.

Vers une nouvelle majorité

Des mesures doivent impérativement être adoptées pour éviter une hausse automatique de la TVA l'an prochain, faute d'avoir auparavant comblé un trou budgétaire évalué à 23 milliards d'euros.

La crise italienne «se produit dans une phase critique pour l'Europe avec un risque de récession en Allemagne, l'installation d'une nouvelle Commission à Bruxelles et pourrait contribuer à détériorer sensiblement la confiance dans la zone euro», a estimé Andrea Montanino, chef économiste de la fédération patronale Confindustria. Le scénario le plus probable est celui d'une nouvelle majorité. La première formation de gauche, le Parti démocrate (PD), qui représente environ 20% des suffrages, a proposé dès mercredi une alliance au Mouvement 5 Etoiles, lâché par M. Salvini, le 8 août, après 14 mois de mariage.

Le M5S laisse planer le doute

Le M5S n'a pas répondu immédiatement, laissant planer le doute. Même si, compte tenu de son affaiblissement - il est tombé de 32% au printemps 2018 à environ 15/16% - retourner aux urnes dès maintenant serait de l'ordre du suicide, selon les analystes. Au Parlement toutefois, les Cinq Etoiles sont toujours «le premier parti» disposant d'une «majorité relative» sur laquelle bâtir un nouveau pacte de gouvernement.

Le PD de Nicola Zingaretti a posé cinq conditions pour un mariage de l'ensemble de la gauche avec le M5S, une formation fondée sur le rejet de la vieille classe politique et de la corruption mais traversée par des courants disparates, dont une forte tendance eurosceptique.

Changement radical?

Outre «une appartenance loyale à l'Europe», le respect de la «centralité du Parlement», un développement en phase avec l'environnement, un changement de cap radical dans la gestion des migrations et un virage économique vers davantage de redistribution et d'investissements, le PD exige que le prochain exécutif ne soit pas dirigé par le Premier ministre sortant Giuseppe Conte.

Même s'il est très populaire en Italie (avec une cote de 54% en juillet) et que les Cinq Etoiles le considèrent comme un «serviteur de la Nation dont l'Italie ne peut se passer», Nicola Zingaretti lui reproche d'avoir accepté sans protester pendant ses 14 mois de mandat les diktats anti-migrants de Salvini.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • dégage salvini le 22.08.2019 13:59 Report dénoncer ce commentaire

    Croissance à l'arrêt et économie faible, logique, les racistes populeux ne sont pas là pour améliorer l'économie ou le bien-être des populations mais pour trouver des gens à blâmer.... si le racisme populeux était la solution, l'Allemagne serait toujours sous la botte des nazis....

Les derniers commentaires

  • dégage salvini le 22.08.2019 13:59 Report dénoncer ce commentaire

    Croissance à l'arrêt et économie faible, logique, les racistes populeux ne sont pas là pour améliorer l'économie ou le bien-être des populations mais pour trouver des gens à blâmer.... si le racisme populeux était la solution, l'Allemagne serait toujours sous la botte des nazis....