Amazon en France

21 novembre 2017 16:42; Act: 21.11.2017 16:48 Print

Un «fun game» pour dénoncer ses supérieurs

Un centre de tri Amazon, situé dans le nord de la France, a mis en place un système permettant aux employés de dénoncer les manquements à la sécurité de leurs supérieurs contre un éventuel cadeau.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Engranger des bons points pour à la fin, gagner un cadeau. Baptisé le «safety fun game», il s'agit d'une sorte de jeu-concours mis en place dans l'entrepôt Amazon de Lauwin-Planque, dans la région de Lille. L'objectif est de dénoncer sur des bouts de papier (intitulé «Faux pas») les supérieurs coupables d'actions manquant aux règles de sécurités en vigueur dans l'établissement, relève Capital. Il suffit de glisser les bulletins dans une urne, spécialement prévue à cet effet.

Une manière bien particulière d'encourager les employés à promouvoir et faire respecter la sécurité sur le site. Chaque dénonciation rapportant des points, l'employé en ayant engrangé le maximum d'ici au 19 décembre gagnera même un cadeau, peut-on lire sur des affiches placées sur les murs de l'entrepôt. La règle du jeu n'explique cependant pas ce qu'il advient des responsables pris en faute. «Have fun !» («amusez-vous bien»), conclut la présentation du jeu.

Opération «ludique»

Dès le lendemain de l'apparition de ces affiches, un syndicaliste a alerté Amazon pour demander de mettre un terme à cette pratique qui relève, selon lui, de la délation. «Il est hallucinant de constater qu'un tel "jeu" ait pu passer et être déployé sans que personne ne tique», a-t-il écrit dans un mail adressé à la direction du groupe.

Interrogé par le magazine économique français, le service communication d'Amazon a, pour sa part, botté en touche: «C'est une opération ludique, faite dans un esprit bon enfant et bienveillant. Il ne s'agit pas de délation. Le but est que les employés fassent part des consignes de sécurité non respectées par leurs managers et ils récupèrent en échange ce qu'on appelle des points. La sécurité doit être l'affaire de tous dans l'entreprise, des managers vers les employés, et inversement.» Il est également rappelé que cette opération, déjà pratiquée dans le passé, «avait été accueillie de manière très positive.»

(L'essentiel/cga)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Helmutheimat le 21.11.2017 17:24 Report dénoncer ce commentaire

    Les syndicats se battent pour le bien être et la sécurité des employés et quand un patron demande de relever des manquements à la sécurité dus à des supérieurs trop zélés ça va pas. Faudrait savoir ce qu'ils veulent. On ne sait que trop bien ce que peut coûter le fait de passer outre la sécurité pour gagner du temps et abattre le plus possible de boulot. Par contre, quand le mal est fait, c'est toujours la faute à personne. Et l'éternelle question : " mais qu'est ce qu'il foutait là ".

Les derniers commentaires

  • Helmutheimat le 21.11.2017 17:24 Report dénoncer ce commentaire

    Les syndicats se battent pour le bien être et la sécurité des employés et quand un patron demande de relever des manquements à la sécurité dus à des supérieurs trop zélés ça va pas. Faudrait savoir ce qu'ils veulent. On ne sait que trop bien ce que peut coûter le fait de passer outre la sécurité pour gagner du temps et abattre le plus possible de boulot. Par contre, quand le mal est fait, c'est toujours la faute à personne. Et l'éternelle question : " mais qu'est ce qu'il foutait là ".

    • le sage le 21.11.2017 18:57 Report dénoncer ce commentaire

      Le problème est ici le procédé. Amazon vend cela comme une activité ludique, mais on est dans quelque chose de bien plus pérnicieux qui va au-délà de l'aspect purement sécuritaire! Dans une entreprise, on peut soulever et solutionner des problèmes de sécurité de façon bien plus constructives.