Au Tchad

09 août 2019 14:04; Act: 09.08.2019 15:17 Print

37 morts dans des combats pour des terres

Au moins 37 personnes sont mortes en trois jours d'affrontement entre agriculteurs et éleveurs dans l'est du Tchad.

storybild

Selon le président Déby, l'animosité entre les deux communautés s'est déplacée depuis le début de l'année à d'autres régions «où la cohabitation était (autrefois) exemplaire». (photo: AFP/Ludovic Marin)

Sur ce sujet
Une faute?

Au moins 37 personnes ont été tuées en trois jours de combats entre agriculteurs et éleveurs en début de semaine dans l'est du Tchad, a annoncé vendredi le président Idriss Déby Itno à la presse. «Le conflit intercommunautaire est devenu une préoccupation nationale, on assiste à un phénomène de mal vivre. En trois jours, 37 Tchadiens ont été tués dans le Ouaddaï», province de l'est du Tchad, a déclaré le chef de l'État lors d'une conférence de presse organisée à N'Djamena.

L'Est tchadien, zone de transhumance et région stratégique à la frontière avec le Soudan, est régulièrement en proie à des conflits entre éleveurs arabes et agriculteurs autochtones ouaddaïens qui se disputent les terres et pâturages. «Les forces de l'ordre», envoyées sur place, «ont essuyé des tirs», a ajouté M. Déby Itno. «Les détenteurs d'armes n'hésitent pas à tirer sur les forces de l'ordre. C'est une guerre totale que nous devons engager contre ceux qui portent des armes et sont à l'origine des morts d'hommes», a-t-il affirmé, ajoutant qu'il se rendrait «personnellement sur le terrain au moment venu».

«Des armes de guerre»

Selon une ONG locale, les combats ont commencé lundi dans la localité d'Hamra, où «le corps sans vie d'un jeune éleveur» a été retrouvé, entraînant des affrontements entre sa communauté et des agriculteurs Ouaddaïens. «Au moins trois personnes ont été tuées», a affirmé l'organisation.

Les affrontements se sont ensuite déplacés mardi dans la localité de Chakoya, selon une autorité traditionnelle interrogée par l'AFP. «Les communautés se sont affrontées avec des armes de guerre. Les combats ont été particulièrement meurtriers. On décompte au moins 25 morts».

Une confrontation provoquée

Un bilan plus lourd a été communiqué à l'AFP par une source hospitalière qui a évoqué de 44 morts. Depuis plusieurs dizaines d'années, la province du Ouaddaï est le théâtre de violences entre communautés. Chaque fois, le même scénario ou presque se répète: un troupeau de dromadaires d'éleveurs nomades entre dans le champ d'un agriculteur local ou un jardin cultivé par une famille, provoquant une confrontation.

Selon le président Déby, l'animosité entre les deux communautés s'est déplacée depuis le début de l'année à d'autres régions «où la cohabitation était (autrefois) exemplaire».

Dans la province du Sila, également dans l'Est tchadien, «nous avons enregistré plus de 40 morts depuis janvier», a déploré le chef de l'État.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.