Yémen

05 décembre 2017 09:10; Act: 05.12.2017 12:52 Print

A Sanna, la population se terre à cause des raids

Après la mort de l'ancien président Ali Abdallah Saleh, la coalition a mené des raids aériens nocturnes dans la capitale yéménite.

storybild

Les avions de la coalition ont bombardé pour la première fois le palais présidentiel à Sanaa, où un certain nombre de dirigeants houthis se sont réunis après le meurtre de l'ancien président Ali Abdullah Saleh.

Sur ce sujet

Le palais de la République situé dans le centre de Sanaa, au milieu d'un quartier densément peuplé, a été visé à au moins sept reprises par l'aviation de la coalition anti-rebelles menée par l'Arabie saoudite, ont précisé des habitants de la capitale.

Ces raids se sont accompagnés, selon des témoins, de survols intensifs et à basse altitude de la capitale yéménite, dont les rues ont été désertées dès le début de la soirée par des habitants craignant les bombardements.

Aucune information n'a pu être obtenue sur des victimes éventuelles de ces frappes. La coalition sous commandement saoudien a exhorté lundi les civils à se tenir à «plus de 500 mètres» des zones contrôlées par les Houthis, laissant supposer une intensification de ses raids.

«Echec d'un complot ourdi»

Les rebelles Houthis ont annoncé ce même jour la mort de leur ancien allié, Ali Abdallah Saleh. Une information confirmée plus tard par une dirigeante du parti de l'ex-président.

Une source militaire a indiqué qu'il était tombé dans une embuscade tendue par les Houthis au sud de la capitale. Ces derniers ont renforcé leur emprise sur Sanaa qui n'a pas connu dans la nuit de nouveaux combats, hormis quelques escarmouches en début de soirée dans le sud de la ville, fief des pro-Saleh, ont indiqué des témoins.

Les Houthis, soutenus par l'Iran, ont appelé à une grande manifestation dans la capitale mardi après-midi pour célébrer ce qu'ils appellent «l'échec d'un complot ourdi» par l'ancien président et une partie de sa formation politique, le Congrès populaire général (CPG).

D'allié des Houthis, Ali Abdallah Saleh est devenu leur adversaire la semaine dernière en dénonçant leur volonté de le marginaliser et en tendant la main à l'Arabie saoudite.

(L'essentiel/nxp/afp)