Venezuela

08 août 2018 09:53; Act: 08.08.2018 12:24 Print

«Attentat»: Maduro accuse l'opposition

Le président vénézuélien a accusé mardi soir l'opposition d'être à l'origine des explosions de drones, qu'il qualifie d'«attentat».

Sur ce sujet
Une faute?

L'Assemblée constituante vénézuélienne entamera mercredi un processus visant à traduire en justice des députés de l'opposition accusés d'être impliqués l'attaque présumée aux drones contre le président Nicolas Maduro, a annoncé mardi cette assemblée dotée de pouvoirs illimités. Le président de l'Assemblée constituante, Diosdado Cabello, a convoqué une session qui aura pour unique ordre du jour la «suppression de l'immunité parlementaire des députés impliqués» dans «l'attentat» contre Nicolas Maduro.

Selon les autorités vénézuéliennes, deux drones chargés chacun d'un kilo de C4, un puissant explosif militaire, ont explosé à proximité de la tribune présidentielle lors d'une parade militaire samedi à Caracas, blessant sept soldats.

Julio Borges accusé

Simultanément à l'annonce de l'Assemblée constituante, M. Maduro a impliqué l'opposant Julio Borges, ancien président du Parlement, actuellement en exil, dans l'«attentat» dont il dit avoir été la cible. M. Borges est l'une des figures les plus connues de l'opposition vénézuélienne. M. Borges lui a répondu directement sur Twitter. «Ni le pays ni le monde ne croient à ta farce de l'attentat», a-t-il écrit. «Nous savons tous que c'est un montage pour nous poursuivre et pour nous condamner, nous qui nous opposons à ta dictature».

Le président Maduro a accusé M. Borges et un député de l'opposition, Juan Requesens, d'être impliqués dans cet «attentat» lors d'une longue allocution diffusée sur la radio et la télévision officielles. La formation d'opposition à laquelle M. Requesens appartient, Primero Justicia, a annoncé que ce député et sa sœur avaient été arrêtés mardi par le service vénézuélien du renseignement, le Sebin. «Le député Juan Requesens et sa sœur Rafaela ont été capturés et frappés par 14 hommes du Sebin», a déclaré Primero Justicia sur son compte Twitter.

Évoquant des «financiers» non identifiés qui résideraient aux États-Unis, M. Maduro avait peu après les faits mis en cause «l'ultra-droite», se référant ainsi à l'opposition vénézuélienne. Il avait également nommément accusé Juan Manuel Santos, le président colombien qui a passé mardi les rênes du pouvoir à son successeur Ivan Duque.

Enquête impartiale

Peu auparavant les annonces du pouvoir, le Parlement vénézuélien, seule institution tenue par l'opposition, a réclamé mardi l'ouverture d'une enquête impartiale sur les explosions des deux drones. Dans une déclaration lue dans l'hémicycle, le Parlement a appelé à une «enquête sérieuse, objective, impartiale et concluante qui fournirait des informations précises» sur ces faits que le gouvernement socialiste vénézuélien a qualifié d'«attentat» contre son leader.

Le Parlement a également dénoncé l'intention du gouvernement d'utiliser cette affaire de drones afin «de renforcer la persécution politique» de l'opposition. «Nous réaffirmons que la lutte politique des Vénézuéliens doit être orientée (...) vers l'obtention d'élections libres, réunissant toutes les conditions démocratiques sous observation internationale», souligne le Parlement.

«Aucune crédibilité»

Commentant les faits survenus samedi, le Parlement vénézuélien a déclaré «rejeter les voies, violentes ou non, qui s'écartent des lignes directrices établies dans la Constitution». Les autorités ont annoncé après l'incident de samedi que six personnes avaient été arrêtées. Les identités de ces personnes n'ont pas été révélées. «Malheureusement, un régime qui utilise la propagande et la désinformation comme méthodes systématiques n'a aucune crédibilité», a estimé le Parlement.

Les députés ont confirmé «leur engagement en faveur de solutions politiques, institutionnelles et pacifiques à la crise actuelle». Ils tiennent le gouvernement et l'Assemblée constituante pour responsables de la violence au Venezuela. «Ils ont contribué à aggraver la crise économique et sociale en bloquant les mécanismes constitutionnels qui permettraient une solution pacifique efficace», ont estimé les parlementaires.

L'Assemblée constituante avait avancé au 20 mai l'élection présidentielle normalement tenue en décembre, qui a vu la réélection de Nicolas Maduro jusqu'en 2025. Le résultat a été rejeté par l'opposition et par une grande partie de la communauté internationale qui les considère comme illégitimes.

La Santé dans la rue

Tous les voyants économiques au Venezuela sont au rouge vif. L'inflation pourrait atteindre 1 000 000% fin 2018, selon le Fonds monétaire international (FMI), et le PIB devrait s'effondrer de 18%. Produits de base, médicaments, nourriture, la pénurie fait rage au Venezuela. Les employés des services de santé, en grève depuis près de 40 jours, ont appelé à un rassemblement mercredi à Caracas pour exiger de meilleurs salaires et des investissements dans ce secteur en grave crise. «Nous appelons l'ensemble du secteur de la santé à se faire entendre, à s'exprimer et à descendre dans la rue. Nous voulons des salaires équitables et des équipements dans nos hôpitaux», a déclaré Carlos Prosperi, président de la société des médecins de l'hôpital de Vargas à Caracas.

La pénurie de fournitures et de matériel médical et chirurgical dans les hôpitaux dépasse 90%, selon la Fédération médicale, tandis que la pénurie de médicaments est d'environ 85% et est presque totale concernant les médicaments pour les maladies chroniques comme le cancer ou le VIH. M. Maduro affirme que les sanctions américaines contre son gouvernement ont rendu difficile l'importation de médicaments.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mérédithe le 08.08.2018 18:26 Report dénoncer ce commentaire

    Le Vénézuela a le président qu'il mérite

  • michel23 le 08.08.2018 17:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un coup monte ! Il en réchappe comme Hitler, comme par miracle !!!

  • Fabuleux le 08.08.2018 11:08 Report dénoncer ce commentaire

    Comment mettre sur pied une histoire rocambolesque pour accuser l'opposition et verrouiller son pouvoir, c'est fabuleux! Le vrai manuel du petit dictateur, peu subtil mais toujours efficace!

Les derniers commentaires

  • Mérédithe le 08.08.2018 18:26 Report dénoncer ce commentaire

    Le Vénézuela a le président qu'il mérite

  • michel23 le 08.08.2018 17:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un coup monte ! Il en réchappe comme Hitler, comme par miracle !!!

  • Fabuleux le 08.08.2018 11:08 Report dénoncer ce commentaire

    Comment mettre sur pied une histoire rocambolesque pour accuser l'opposition et verrouiller son pouvoir, c'est fabuleux! Le vrai manuel du petit dictateur, peu subtil mais toujours efficace!